L'intégrale

Fédération Environnement Durable
rédigé le vendredi 11 novembre 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Eoliennes
0
Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable
Paris le 11 novembre 2016

Douzième Schéma Régional Climat Air Énergie annulé par la justice après des recours juridiques déposés avec la participation de la Fédération Environnement Durable

Par arrêt du 3 novembre 2016, la cour administrative d’appel de Lyon a annulé le Schéma Régional Climat Air Énergie (SRCAE) et son volet le Schéma Régional Éolien(SRE) de la région Bourgogne. Cette annulation fait suite à onze autres en Nord-Pas de calais, Aquitaine, Ile de France, Basse-Normandie, Rhône Alpes, Bretagne, Limousin, Paca, Lorraine, Pays de Loire, l'Auvergne le 6 mai 2016 et Midi-Pyrénées partiellement. L’État à chaque fois a été condamné.

Ces sanctions sont toutes prononcées pour défaut d’évaluation environnementale réalisée préalablement à son approbation. Ce défaut d’évaluation environnementale explique que la quasi-totalité du territoire français était par ces schémas déclarée éligible à l’éolien, en dépit du refus de communes et de la fragilité des territoires ruraux, de leur économie touristique.

Ces annulations par la justice de notre pays révèlent au grand jour la politique de déréglementation désastreuse en faveur de l’industrie éolienne depuis les années 2000 des gouvernements successifs ; ceux-ci, sur instigation de parlementaires ayant fait allégeance depuis 15 ans aux lobbyistes éoliens, tels le Sénateur Vincent Placé, le député Denis Baupin et l’ancien député François Brottes actuellement président du Réseau de transport de l'électricité , se sont exonérés des intérêts environnementaux légalement protégés : le cadre de vie et la santé des riverains, la sécurité, les paysages, les monuments historiques, la faune et la flore et plus généralement de l'écologie.

Au mépris complet du principe de concertation pourtant proclamé par Mme la Ministre de l’écologie Ségolène Royal, et en bafouant l'environnement qu'ils prétendent défendre comme leur cause sacrée, ils agissent ainsi, à l’insu des administrés, en faveur de l' industrie éolienne subventionnée depuis 15 ans avec de d'argent public, ce qui engendre un coût exorbitant pour les consommateurs et les contribuables et plus récemment qui met en péril l'équilibre énergétique de notre pays et la sécurité du territoire , EDF étant au bord d'un désastre technique et financier.


Contact presse

J.L. Butré
tel 06 80 99 38 08
http://environnementdurable.net
contact@environnementdurable.net

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 14 novembre 2016
Eoliennes - Ger/St-Georges-de-Rouelley - Nouveau projet à Ger
1
Vous avez aimé nos premières passes d'armes avec les promoteurs d'aérogénéraurs électriques industriels ? Vous allez adorer ce qui vient de nous tomber dessus.

J'ai reçu ce soir un courriel me signalant qu'"une réunion du conseil municipal se tiendra vendredi 18 novembre à la mairie de Ger à 20h30.
Le premier point à l'ordre du jour est :
Présentation projet éolien - Energie Team."

Il s'agit d'un nouveau dossier, le troisième dans cette commune du Sud-Est de la Manche. Je rappelle que le premier projet a abouti à la mise en service de 4 éoliennes dont les feux rouges clignotent à l'horizon. Un deuxième projet, que nous combattons, ajouterait, comme il en est souvent question ici, 2 éoliennes sur le territoire de Ger (en plus de 4 autres sur la commune voisine de Saint-Georges-de-Rouelley).

Donc il ne suffit plus de se prendre pour un nouveau Don Quichotte, il faudra désormais se transformer en Hercule pour trancher les têtes de cette hydre de Lerne.

Car, on l'a bien compris, ces trucs-là se propagent comme la vérole : il suffit de quelques élus mal inspirés sinon abusés.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 17 novembre 2016
A.D.D.O.O.E. - 2ème objet statutaire - Bâtiment
0
Cédrick COOS, gérant de l'entreprise BODIN, vient d'accepter de rejoindre le conseil d'administration de l'APIJOMM.

Je l'en remercie et ne doute pas qu'il saura nous faire bénéficier de sa connaissance des centres de formation professionnelle dans les métiers du bâtiment.

Guillaume GENDRAUD
rédigé le vendredi 18 novembre 2016
1er objet statutaire - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes - Nouveau projet à Ger
0
Bonsoir,

Ci-dessous les notes que j'ai prises pendant le conseil municipal de ce soir. J'ai relaté un maximum de choses, sans apporter de jugement.
Excusez les fautes et le style dactylo (j'étais accroupi avec un ordinateur sur les genoux).


Juste avant le conseil, Mme le maire m'a pris à part. Ses propos sont :
(elle avait la lettre ouverte en main)
en a marre d'être la cible des foudres
je suis anti éolien
je n'ai pas de pouvoir décisionnaire, c'est uniquement le préfet et la communauté de communes, quelque soit le vote du conseil municipal
pour l'enquête publique, j'ai vu des gens de St Lo et Mortain (de la CdC) venir écrire qu'ils sont pour les éoliennes de Ger
CdC reçoit environ 600 000€, je me suis battu pour que Ger ait 12000€
pas contente de ne pas avoir reçu la lettre directement

DEBUT DU CONSEIL
Mme le maire prend la parole :
projet mis en route il y a 4 ans, sous l'ancien conseil municipal
on lui a présenté il y a 1 mois 1/2
n'a pas son accord, est même opposée
a laissé Energy Team s'exprimer car on est en démocratie


Energie TEAM :
Mme Corine (Dubu?)
M. Christophe Guilbert
1h de présentation (des protestations des conseillers). Ils vont accélérer

LEUR PRESENTATION :
sommaire : 4 chapitres : eux, l'énergie aujourd'hui, l'éolien en Normandie, le projet

EUX :

spécialisé dans le dvlpt des parcs éoliens + assistant à la construction + exploitant
existe depuis 2002. 1er parc en 2005 (en Seine Maritime)
2007 partenariat avec Compagnie Nationale du Rhône (leur financeur principal)
2010 création structure d'exploitation
2011 nouveau siège social
2016 500ème Megawatt

40 salariés, 3 agences (Picardie, Pays de la Loire)
5ème exploitant en France
150MW en construction
1000MW a l'étude

est un interlocuteur unique sur toutes les phases (développement, construction, exploitation, démantèlement)

Compagnie Nationale du Rhône : producteur d'électricité en France (barrages hydroliques principalement)
majoritairement publique
1er producteur d'électricité 100% renouvelable en France (eau, vent, soleil)
36 parcs éoliens (dont 25 par Energie Team), soit 414 MW

L'ENERGIE AUJOURD'HUI :

eolien est l'énergie la plus installée dans le monde
europe, acteur majeur de cette industrie
France : loi sur la transition energétique : 32% ENR en 2030
génère de l'emploi direct (12500 en 2014)
éolien = 3,8% de la production électrique
potentiel : zone la plus importante = cotes nord ouest + cotes sud est

L'EOLIEN EN NORMANDIE :

puissance raccordée en mi 2016 : 650MW
1700MW possible en 2020
définition des zones favorables/impossibles (concertations de 2012 par préfet des régions). -70% des zones favorables dûes aux militaires

(en aparté, Mme le maire me fait remarquer que dans la lettre ouverte, au paragraphe A1 "Les communes espèrent..." : il y a une erreur car c'est une compétence communautaire depuis plusieurs années)
(Mme le maire n'a pas du tout écouté le début de la présentation. Elle a brassé ses papiers et parlé avec la secrétaire, M. de Thieulloy et moi-même)

LE PROJET :

déterminé en fonction des habitations
au lieu dit la Cosnerie
2011 rencontre avec Mme Henaut (ancienne maire)
2012 présentation au conseil municipal
16 novembre 2012 : acceptation du projet par le conseil municipal à l'unanimité (cf pièce jointe)
ni M. Moignot ni un autre conseiller déjà dans le précédent conseil ne s'en souviennent
2013 loi Brottes, fin des ZDE.
juin 2013 rencontre Mme Henault, Convention chemins
2014 études environnementales
juillet 2015 relance projet suite à l'acceptation du projet vent d'ocs. négociation avec l'armée. Mise en place des études
juin à octobre 2016 rencontre l'adjoint de mairie responsable Environnement
18 novembre 2016 : réunion d'information du conseil municipal

études : faune, flore, chiroptères, milieux naturel : toutes achevées
étude d'impact presque finie
étude acoustique : à finir

cadre règlementaire (loi de finance depuis 2010) : CTE (CFE + CVAE (+TFB + IFER))

exemple pour une éolienne 2,35 MW :
TFB : 1500 par an par éolienne (ce que reçoit Ger)
IFER : 12000 par an par éolienne (pour communauté de commune et Département)
CFE : 2900 par an par éolienne (pour communauté de commune et Département)
IFER + CFE : de commune vers communauté de commune et Département depuis 2010
Taxe Additionnelle : ne s'applique pas à Ger (selon Mme le maire)
(Mme le maire met l'accent sur le fait que Ger ne recevra quasiment rien)

(aparté sur les éoliennes existantes : Ger va peu à peu perdre ce qui est perçu pour les éoliennes existantes)
Mme le maire demande : pq n'est pas destinataire des études environnementales ?
Energie Team les fera parvenir dès que étude d'impact sera finalisée (finir acoustique)
dossier complet pour début/mi 2017

3 éoliennes (5 prévues initialement)
2,3MW
140 mètres de haut en bout de pale
à 500 à 600 mètres des habitations

prochaines étapes :
dès que étude d'impact globalisée, présente sous la forme de permanence publique auprès des riverains
emplacement non déterminé précisément
emplacement en fonction de l'étude acoustique (et des +3db la nuit)

DEBATS :

pour Energie Team, 80% des projets sont attaqués. Ca se fait couramment, comme tout projet. Ca nourrit les avocats, y fait passer du temps, rien de plus. Tous les projets attaqués sont sortis

projet pas encore présenté à la communauté de communes

initialement, projet lancé par la société GEN

passé 2 fois en CM :
25 mai 2012 (avec GEN)
comme a changé de nom, repassé à la séance du 16 novembre 2012

indemnité aux propriétaires :
ne paye pas les proprios pour avoir les signatures
besoin d'avoir la signature du proprio et de l'exploitant
précise le périmètre de travail à ces gens, "voulez-vous vous inscrire dans la possibilité de ce projet ?", ne promet pas qu'il y aura forcement une éolienne sur leur terrain
pour un même projet, tous les proprios ont pareil, tous les exploitants auront pareil
de 6 à 10 000 euros par an par éolienne (répartis entre proprios, exploitant, proprios en surplomb, proprio des passages de cable)

si décision à l'unanimité du CM du précédent conseil, Mme le maire est obligée de poursuivre le contrat

parle des 50000 euros pour le démantèlement
Energie Team le garantit car CNR est derrière et sera le proprio des éoliennes

Energie Team a 200 éoliennes aujourd'hui

Mme le maire rappelle qu'elle est contre (entre autre via sa qualité de vice présidente du Parc Normandie Maine)
va se renseigner si elle est obligée de continuer le projet
d'après elle, les riverains se plaignent de problèmes de tv, de réception de téléphone
il n'y a pas de recul sur la santé pour savoir s'il y a un impact
elle est ok pour l'energie propre mais pas à n'importe quel prix
L'Etat donne des $ pour protéger les chiroptères, mais favorise les éoliennes. Du coup, pour elle c'est un contre sens
se plaint du comptage des chiroptères comptés manuellement. Elle trouve cela ridicule

Energie Team propose un plan de bridage sur les périodes de chasse des chauves souris (mais ça ne représente pas beaucoup de temps)
perte liée au bridage : 1%
M. Moignot se plaint des éoliennes proches des maisons. Energie Team dit qu'ils suivent la loi

G.

N.D.L.R. : Merci pour cet excellent compte rendu. Notre lettre ouverte semble avoir eu son petit effet.

Hervé TEXIER
rédigé le mercredi 23 novembre 2016
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Botanique, zoologie - Eoliennes
0
Ce qui attend notre littoral si on ne fait rien !

Hervé Texier
President BNE
06 89 58 70 27
h.texier@environnementdurable.net

N.D.L.R. : Il faudra qu'un jour, ceux qui organisent ce trafic rendent des comptes à la Justice. Mettre ainsi EdF en faillite pour favoriser les affaires de quelques industriels étrangers s'appelle de la trahison économique.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 29 novembre 2016
A.D.D.O.O.E. - 2ème objet statutaire - Arboriculture, horticulture - Bâtiment
0
Depuis bientôt quatre semaines, j'essaye d'entrer en contact avec le président de la commission des affaires sociales du conseil départemental de l'Orne. Je voudrais lui présenter nos activités d'insertion de jeunes sur le marché du travail et examiner avec lui dans quelle mesure le département pourrait permettre à notre APIJOMM de bénéficier de quelques "fonds d'insertion", ainsi que le président de la commission des finances du même conseil départemental a bien voulu me dire que ce serait possible. Depuis bientôt quatre semaines, je n'obtiens aucune réponse de M. Jean-Pierre BLOUET qui ne réagit à aucun courriel, à aucun appel téléphonique à ses divers secrétariats, à aucune intervention auprès de lui de la part de sa collègue de Domfront que je remercie néanmoins pour son appui.

Depuis plus de quinze jours, je cherchais également à entrer en contact avec celle des collaboratrices de M. BLOUET qui est en charge, paraît-il, de ces fameux "fonds d'insertion", afin de me faire expliquer le mécanisme. Là encore, aucun écho jusqu'à ce matin où, en réponse à un nouvel appel téléphonique de ma part, l'on m'a appris que Mme COUSIN n'avait absolument aucun créneau de libre avant le 6 janvier prochain mais que, ce jour-là, elle serait libre toute la journée.

Deux mois après mes premières tentatives, un premier rendez-vous a ainsi pu être pris avec cette fonctionnaire. Après tout, c'est peut-être ainsi qu'au conseil départemental de l'Orne, les personnes en charge entendent se mobiliser pour réduire le chômage des jeunes.

Le pire n'étant jamais sûr, il est possible que cet entretien se révèle utile et fructueux. Je m'y rendrai dans un état d'esprit tout à fait constructif.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 2 décembre 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Arboriculture, horticulture - Bâtiment - APIJOMM
0
Le bureau de l'APIJOMM ayant décidé de doter l'association d'un "collège consultatif", deux personnes viennent d'accepter de rejoindre ce dernier qui sera chargé de nous conseiller sur les meilleures formations professionnelles à mettre en place dans l'intérêt de nos jeunes.

Outre Cédrick COOS, gérant de l'entreprise BODIN, ce collège consultatif comportera deux autres membres :

- Vincent PICAULT, patron de l'entreprise du bâtiment PICAULT et conseiller municipal de Domfront-en-Poiraie ;
- et Jean-Marc BISSON, ancien directeur de la M.F.R. de Pointel et maire de La Lande-de-Goult.

En sa qualité de patron d'une entreprise dynamique, Vincent PICAULT aura, comme Cédrick COOS, la possibilité de mieux connaître les salariés de l'APIJOMM, ce qui lui permettra de leur proposer un emploi au terme de leur contrat avec notre association.

Jean-Marc BISSON nous fera bénéficier de sa grande connaissance des organes de la formation professionnelle et de son expérience de dirigeant très respecté d'un centre de formation professionnelle réputé.

Je remercie Vincent PICAULT et Jean-Marc BISSON pour leur précieux concours. Je renouvelle au passage mes remerciements à Cédrick COOS.

Comme on le voit, l'APIJOMM entend s'occuper le mieux possible des jeunes qui lui sont ou qui lui seront confiés.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 2 décembre 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Arboriculture, horticulture - Bâtiment - APIJOMM
0
Le bureau de l'APIJOMM, sentant l'intérêt que suscite la création de cette association et désireux de la placer sous les meilleurs auspices, envisage d'inviter de grands élus, particulièrement concernés par l'insertion professionnelle des jeunes, à participer à un "comité de parrainage" de l'association.
paris-normandie.fr
rédigé le dimanche 4 décembre 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Eoliennes
0
À vendre maison à la campagne, avec vue sur éolienne

Au fil des années, les éoliennes sont devenues incontournables dans le paysage de la campagne normande. Quelles sont les conséquences sur l’immobilier ? Reportage.

Lilian GILBERT
rédigé le mercredi 7 décembre 2016
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - 1er objet statutaire - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Santé - Eoliennes
0
Bonjour M. Fourcade,
Dans le domaine de l'éolien :

Je n'ai pas pu vérifier l'authenticité de la photo (il faut parfois se méfier de ce qui se passe sur internet), mais je n'ai pas de raison de douter de celle-ci.

A bientôt.

LG

N.D.L.R. : Oui, il vaut mieux préciser quelle focale on utilise. Ici, je pense à l'usage d'un télé-objectif. Ceci dit, de telles atteintes aux paysages sont révoltantes, surtout lorsqu'on sait à quel point l'éolien est de la merde.

Regardez donc cette carte de la pollution due aux centrales thermiques allemandes nécessitées, comme l'on sait, par les éoliennes, cette même pollution aérienne qui pousse Anne HIDALGO à prendre des mesures ineptes sur la circulation alternée à Paris :

Ras le bol de voir tous ces menteurs et ces affairistes écolos-compatibles nous raconter n'importe quoi !
Il est temps de renvoyer tous ces abrutis dans l'opposition !

RAPASSE
rédigé le samedi 10 décembre 2016
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - 1er objet statutaire - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes
0
Vous étiez près de 500 citoyennes et citoyens aujourd'hui à Confolens Capitale de notre Charente-Limousine terre de résistance,
Certains venus de très loin : du nord de l'Aisne, des Ardennes, des Landes, de l'Indre et des 7 départements entourant la Charente.

8 décembre 2016.

Ce fut une belle manifestation citoyenne, calme , digne et bruyante juste comme il le fallait .
Après remise des motions au Maire de Confolens qui nous a accueillis devant sa Mairie, où il a pris la parole pour nous affirmer qu'aucun projet éolien ne verrait le jour dans la vallée de la Vienne traversant le territoire de sa commune, au Président de la ComCom de Charente Limousine devant la Communauté de Commune. Une seule ombre au tableau, personne à la Sous-Préfecture, le Sous-préfet était-il aux champs ? Personne, aucun représentant de l'Etat et c'est sous une bronca digne d'un grand match de rugby, que le Président de RAPASSE glissa la motion du Collectif éphémère dit "de Confolens" dans la boite aux lettres de la Sous-Préfecture.
A cet instant, nous étions 398 devant la préfecture où nous avons été rejoints par plus de 60 retardataires avec leurs pancartes dont beaucoup avaient fait plusieurs centaines de kilomètres pour venir à Confolens, certains ont roulé toute la nuit sur plus de 750 Kilomètres pour être présents ce matin.
Un moment fort de la manifestation a été l'entrée dans la manif à hauteur du cinéma d'une grosse vingtaine de Confolentais.
A la fin de notre manifestation la parole a été donnée aux représentants des Associations présentes : Michel Broncart pour la FED, un représentant de la Thiérache, Marcel Puygrenier pour le collectif Stop Éolien, Charles Detrain pour RAPASSE et tous ceux que j'oublie (qui se feront un plaisir de me le rappeler, je rectifierai).
Cette manifestation doit être entendue des élus, des pouvoirs publics, car elle témoigne du ras le bol des habitants des territoires au terrorisme d'ELLV les Verts (pour ce qu'il en reste), Mr Baupin en tête qui, sous couvert d'un discours pseudo écologique, déterminent cette écologie punitive que nous ne voulons plus subir.
Charles Detrain
RAPASSE

Pour ce qui est du décompte des participants, il a été réalisé par un lieutenant de Gendarmerie en retraite, ceci explique la précision du décompte n'en déplaise comme d'Hab. à la Charente-Libre...

N.D.L.R. : Hervé TEXIER m'a communiqué ce message avec le commentaire suivant : "A NOUS DE JOUER POUR UNE MANIF EN BELLE NORMANDIE !"

Oui, Hervé, nous en serons, tous ensemble ! Nous aussi, nous ferons reculer ces charlatans corrompus !

Serge LE QUÉAU
rédigé le dimanche 11 décembre 2016
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Agriculture
0
Levons le voile sur les vies brisées par les pesticides !

Au sortir de la seconde guerre mondiale, la question de l’autosuffisance alimentaire se pose de façon aiguë : les leaders du monde libre, sous l’influence des dirigeants de l’industrie chimique, réclament aux paysans européens de passer rapidement à l’ère industrielle. Mis à genoux par six années de combat, le monde rural consent à cette industrialisation à tout crin. C’est ainsi que dès les années cinquante, le recours massif aux pesticides de synthèse en agriculture devient une religion d’État. L’industrie chimique, née dans les tranchées de la première guerre, y trouvera largement son compte.

Soixante-dix ans plus tard, quel bilan tirer de ce choix politique alors dicté par la nécessité de produire encore plus avec toujours moins de bras ? Certes les rendements agricoles atteignent des sommets. Les exportations augmentent, faisant de l’agriculture française et de sa balance commerciale excédentaire un modèle européen. Mais à quel prix ! On ne compte plus les impacts environnementaux de ce modèle agricole chimiquement intensif : contamination de nos aliments et de notre air nous exposant, dès l’enfance, à un cocktail de pesticides, perte de milliers de ruchers, présence de résidus de pesticides dans la quasi-totalité des cours d’eau...

A ce scandale environnemental s’ajoute un scandale social et sanitaire, dont les victimes sont invisibles ! La France compte aujourd’hui dix fois moins d’agriculteurs qu’en 1945 et leur endettement, dès l’installation, dépasse l’entendement. De même, des ports céréaliers aux silos à grains, de la semence enrobée aux champs pulvérisés, celles et ceux exposés à ces traitements chimiques sont victimes - entre autres et à des âges toujours plus précoces - d’allergies, de cancers, de troubles neurologiques ou de la fertilité.

Pour les professionnels en contact avec des pesticides, et tout particulièrement les agriculteurs, le risque d’être atteint de la maladie de Parkinson est six fois plus élevé qu’une personne non exposée. Signe que le phénomène s’accroît, deux récents ajouts au tableau national du régime agricole des maladies professionnelles sont liés aux pesticides : la maladie de Parkinson en 2012 et les hémopathies malignes (dont le fameux lymphome non-hodgkinien) en 2015. Les personnes atteintes antérieurement à la sortie du tableau ont jusqu’à juin 2017 pour faire une déclaration et demander leur indemnisation.

Pendant de trop nombreuses années ces victimes sont restées cachées, subissant l’omerta à laquelle elles semblaient condamnées. L’enjeu pour elles est maintenant de témoigner, ce que permettent des organisations comme Générations futures ou Phyto-victimes. Les destins devenus emblématiques de Yannick Chenet, viticulteur charentais décédé en 2011 d’une leucémie reconnue comme maladie professionnelle après trois années de combat, ou de Paul François, qui a obtenu la condamnation de Monsanto pour son intoxication au pesticide Lasso, commencent à révéler ce scandale encore si peu visible.
La récente affaire des ex-salariés de la coopérative Nutréa-Triskalia, dont deux d’entre eux, Laurent Guillou et Stéphane Rouxel, ont obtenu réparation après un marathon judiciaire de sept ans, fera date. Elle a montré que nombreux sont les travailleurs mal protégés et désinformés par leur hiérarchie sur la dangerosité des produits auxquels ils sont exposés. Elle a également dévoilé à quel point tout est fait pour éviter un précédent, quitte à laisser des victimes dans la précarité et l’isolement. Enfin, cette affaire montre avec quelle ironie les dirigeants de cette coopérative, alors qu’ils se revendiquent de l’économie sociale et solidaire, utilisent tous les moyens pour baisser les coûts et optimiser les bénéfices aux dépens même de la santé des salariés.
Les ex-employés de Triskalia incarnent un espoir. Devant l’épouvantable série de vies brisées par les pesticides, il ne doit plus y avoir un seul lieu de travail où l’on exerce son activité sans protection. Le monde politique français n’a-t-il donc rien retenu du scandale de l’amiante ? Selon nous, la France ne respecte même pas le droit européen, pourtant protecteur en la matière! Nous faisons appel au bon sens : tournons la page de l’agriculture industrielle, progressons vers une agriculture centrée sur l’agronomie et non la chimie de synthèse, respectueuse de l’environnement et au service de la société !

Eric Beynel, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires
José Bové, député européen
Nadine Lauvergeat, coordinatrice de l’Association Générations Futures
René Louail, porte-parole du Comité de soutien aux victimes des pesticides de Triskalia
Serge Le Quéau, représentant de l’Union syndicale Solidaires au CESER de Bretagne
Annie Thébaud-Mony, présidente de l’Association Henri Pézerat Santé Travail Environnement
François Veillerette, président de l’Association Pesticide Action Network Europe.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 13 décembre 2016
APIJOMM
0
Dylan m'apprend ce matin qu'il a décroché son C.A.P. de canalisateur. J'en informe la mission locale de Flers. Celle-ci m'indique n'avoir toujours aucun candidat maçon à me proposer.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 16 décembre 2016
APIJOMM
0
Je viens d'être informé, via internet, que la part du salaire de Dylan supportée par l'Etat, de son recrutement à la fin de 2016, a été virée au compte bancaire de l'A.D.D.O.E. On dirait que ça marche bien, ce truc-là. Je tenais à m'en assurer avant de proposer les services de l'APIJOMM à des tiers.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 22 décembre 2016
A.D.D.O.O.E. - APIJOMM
0
Je suis informé de la publication au J.O. des annonces que j'ai récemment fait passer :

La prochaine étape sera d'obtenir une immatriculation de l'APIJOMM auprès de l'I.N.S.E.E. Dans l'immédiat, leur boîte mail a l'air saturée.

Roseline THIRAULT
rédigé le lundi 26 décembre 2016
Eoliennes - Ger/St-Georges-de-Rouelley - Autorisation d'exploiter - Nouveau projet à Ger
0
Les multinationales de l'éolien ont l'argent pour soudoyer les gens peu scrupuleux qui feront la sourde oreille aux plaintes des riverains, mais qui bien sûr n'auront aucune de ces machines bruyantes près de chez eux car les éoliennes sont toujours mieux dans le jardin des voisins !

N.D.L.R. : Très juste remarque, hélas.

Rapasse
rédigé le mercredi 28 décembre 2016
Eoliennes - Ger/St-Georges-de-Rouelley - Autorisation d'exploiter
0
Accidents d’éoliennes : silence dans les médias!!!

Ces accidents sont de plus en plus nombreux, ils suivent la courbe d'implantation de ces machines qui deviennent quelques fois des machines de mort...

Des accidents très sérieux sont occultés, comme l’incendie d’une éolienne il y a quelque temps à Ooltgensplaat Pays Bas:
Accident qui a fait deux morts: deux techniciens de maintenance, âgés de 19 et 21 ans, ils avaient tenté de s’échapper du feu en montant sur le toit de la nacelle; voyant les flammes s’avancer, ils s’y étaient enlacés (voir photo) et, pour échapper aux flammes, l’un d’eux s’était jeté dans le vide, alors que le cadavre de l’autre fut retrouvé calciné dans les débris de la nacelle.