Ger/St-Georges-de-Rouelley

Pièces du dossier des 4 éoliennes projetées à Saint-Georges-de-Rouelley et des 2 éoliennes supplémentaires prévues à Ger, telles qu'elles ont été communiquées à l'association, y compris les pièces relatives aux contentieux engagé contre les permis de construire et autorisations d'exploiter correspondants.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 31 août 2015
Eoliennes - Ger/St-Georges-de-Rouelley - Autorisation d'exploiter
1
Afin de pouvoir consulter plus facilement l'étude acoustique produite en 2012 par le promoteur éolien à l'appui de sa demande de permis de construire, on la trouvera en commentaire de ce message.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 13 septembre 2015
Eoliennes - Permis de construire - Ger/St-Georges-de-Rouelley
0
J'ai reçu hier matin communication des pièces administratives du dossier des permis de construire les 6 nouvelles éoliennes de Ger et Saint-Georges-de-Rouelley :

Voici à quoi cela ressemble :

13 septembre 2015.

Si des membres de l'"Association pour le développement durable du Domfrontais et de ses environs" souhaitent en prendre connaissance chez moi, je les invite à me prévenir de l'heure de leur passage.

Idem pour les visiteurs de ce site internet. Ils sont également les bienvenus.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 1 octobre 2015
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - Eoliennes - Ger/St-Georges-de-Rouelley - Vie du site - Entretien du site
0
Depuis plusieurs mois, je n'ai pas fait preuve de la même diligence pour permettre le bon fonctionnement de ce site. Ma boîte aux lettres est pleine de messages que j'ai omis de mettre en ligne.

Différentes personnes s'en sont plaintes à moi, membres de notre association ou non, notamment celles engagées dans des combats anti-éoliens, ici ou ailleurs.

Je vais donc me reprendre. Les messages en retard seront mis en ligne en faisant apparaître les dates où ils me sont parvenus.

P.S. : Les derniers messages généraux sur les éoliennes mis en ligne sans retard datent de la mi-avril. Mais j'ai besoin que mon imprimante fonctionne pour mettre en ligne les messages postérieurs. Je m'emploie à la réparer. A suivre.

0
Vidéo : voir à la 3ème minute, la taxe promise de 48 000 € se réduit à 5 820 €.

N.D.L.R. : Eh oui, on connaît ça à Saint-Georges-de-Rouelley, où un maire très mal inspiré cette fois-ci a voulu jouer au plus malin. Et les nuisances, elles, seront très longtemps là pour certains de ses administrés et pour leurs voisins !

Suite à nos travaux et réflexions d'hier, voici le document modifié qui sera transmis cet après-midi au commissaire-enquêteur :

P.S. : J'ai donc déposé ce courrier cet après-midi et trouvé qu'à la mairie de Ger, surchauffée en ce premier jour de froid, l'ambiance n'était pas vraiment sympathique.

Comme j'ai essayé de le faire comprendre à la maire de cette commune, les dossiers d'éoliennes sont pires que les remembrements. Ces derniers opposent des couples de voisins isolés, 3 ou 4 par commune selon l'expérience que j'ai de ces procédures. Tandis que les éoliennes créent des ressentiments au sein-même des familles et dans un voisinage beaucoup plus large.

La maire de Ger, par ailleurs conseillère départementale comme elle me l'a appris, m'a déclaré qu'elle était opposée aux remembrements mais qu'elle considérait qu'en matière d'éoliennes, il y avait "lieu d'appliquer la loi, donc de ne pas s'opposer".

Si un membre de notre association ou un simple visiteur du site comprend cette position, je lui serais reconnaissant de bien vouloir me l'expliquer.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 17 octobre 2015
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes - Ger/St-Georges-de-Rouelley - Autorisation d'exploiter
0
Je n'ai pas la télévision dans l'Orne. On m'a cependant communiqué hier soir un lien internet vers une émission où un maire voisin a parlé avec mépris de contribuables de sa commune, dont il accepte toujours les impôts mais qu'il traite plus bas que terre s'ils ne partagent pas ses lubies les plus dommageables.

Pour répondre à ce très riche marchand de bétail et de viande en semi-gros, je vais mettre en ligne les points de vue de quelques Bas-Normands pur-jus (du moins je le suppose pour la plupart d'entre eux - mais est-il convenable et vraiment nécessaire de se le demander ? j'en doute - ), tels que j'ai pu me les procurer malgré les nombreuses obstructions qui caractérisent le dossier, certaines très préoccupantes :

- Manche-Nature :

- le Groupe Mammalogique Normand :

- le Crépan (Comité régional pour la Protection et l'Aménagement de la Nature) :

- Basse-Normandie Envirionnement :

- les Vieilles Maisons Françaises (délégation de la Manche) :

- la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France (délégation de la Manche) :

- Promotion et défense des sites dans le parc Normandie-Maine et son président, M. Jacques BROCHARD :

- M. et Mme Allan MUNN :

- M. Xavier de THIEULLOY :

- M. et Mme Guillaume GENDRAUD :

Ces contributions ont été portées dans les registres de l'enquête publique tenus par le commissaire-enquêteur. Y étaient aussi consignées les deux contributions dont j'ai déjà fait mention, ici et sur un autre site que je recommande bien volontiers.

Il va sans dire que les partisans du projet sont également invités à me communiquer leurs contributions que j'aurais grand plaisir à diffuser ici. On lira tous avec beaucoup d'intérêt leurs arguments, si possible dans la formulation qu'ils leur ont donnée sur les registres de l'enquête publique.

Bien entendu, si cela gêne les rédacteurs de l'un quelconque des textes précédents que je diffuse ainsi leurs commentaires, il leur suffit de me le faire savoir et je retirerai de ce site le document correspondant.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 20 octobre 2015
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes - Autorisation d'exploiter - Ger/St-Georges-de-Rouelley
0
La loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte permet de demander à la préfète de la Manche d'accroître la distance entre les éoliennes et les habitations, le minimum légal étant de 500 mètres. La carte ci-dessous illustre la portée de cette demande, dans le cas du projet de Ger et Saint-Georges-de-Rouelley, selon que ce minimum serait porté à 800, 900 ou 1 000 mètres :