Géologie

Guy HEDOUIN
rédigé le samedi 12 février 2011
Divers - Géologie
0
Je ne peux modifier le fichier "pdf", il est protégé par "mdp". Voici le lien html.

Afin d'étayer vos propos géologiques voici les photos de la granodiorite de Coutances, que l'on nomme dans notre secteur la pierre de Cambernon.

Ici vous la voyez sous la forme polie :

et ici avec une inclusion de quartz :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 12 février 2011
Divers - Géologie
0
@ Guy HEDOUIN :

On n'a pas de chance, décidemment. Ce soir, mon système refuse également le format de vos photos ("jpeg", je crois)... Voici néanmoins, avec quelques explications d'ordre géologique, une photo de carrière de votre pierre de Cambernon, que j'ai trouvée grâce à Google :

Carrière de granodiorite de Coutances (ou pierre de Cambernon).

Quant au lien que vous fournissez, il nous envoie bien loin de Tinchebray, contrairement à ce qui était attendu.

Ne désespérons toutefois pas : les géologues étudiés nous ont appris la patience !

Guy HEDOUIN
rédigé le samedi 12 février 2011
Divers - Géologie - Entretien du site
0
Bonsoir,

Décidément, vive windaube, il serait plus simple de me dire ce que votre logiciel accepte comme format de fichiers ainsi que les images. De mon coté avec Mac, je pourrais peut être les convertir au format désiré.

Comme vous avez émis le désir d'avoir des suggestions pour votre site, à la rubrique "Sujets divers", un menu déroulant nous permettant de choisir entre les différents thèmes abordés serait des plus utiles. Par exemple, Généalogie, Astronomie, Géologie...etc.

Quant à votre photo de carrière nous sommes bien loin de la pierre de Cambernon, vous le constaterez lorsque mes photos seront parvenues jusqu'à vous.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 12 février 2011
Divers - Géologie - Entretien du site
0
@ Guy HEDOUIN :

J'arrive à "ouvrir" vos photos lorsque vous me les adressez par courriel mais je ne puis ensuite les transférer sur ce site. Et je suis bien incapable de vous dire ce qui coince. Peut-être ont-elles trop de pixels, car d'autres "jpeg" passent bien l'obstacle.

Vu vos remarques pour l'amélioration de cet onglet. On va voir ce qu'on peut faire. Créer des sous-onglets risquerait de casser une certaine dynamique de mes messages car je rebondis parfois d'un thème à l'autre...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 13 février 2011
Divers - Géologie
0
Une remarque générale à propos de la géologie : je calcule que si se dépose annuellement un dixième de millimètres d'épaisseur de sédiments, alors, en 500 millions d'années (âge approximatif des roches du Domfrontais), il s'est accumulé non moins de 50 km de matériaux.

Or l'on sait que la lithosphère ne dépasse pas 20 km de profondeur sous les océans mais peut en atteindre 200 sous les continents, tels que nous les connaissons aujourd'hui.

Ces informations ne sont donc pas manifestement incompatibles mais il nous faut faire de vifs efforts d'imagination pour avoir une première idée de l'ampleur des phénomènes d'érosion ou de compression à l'œuvre sur de tels laps de temps.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 13 février 2011
Divers - Géologie
0
Depuis le 1er février dernier, nous n'avons plus ouvert le "guide géologique Normandie Maine". Nous n'avons cependant pas perdu notre temps, je pense, puisque nous avons un peu réfléchi aux mouvements relatifs des supercontinents (voir message du 5 février dernier) et, à l'instant encore, aux vitesses de sédimentation au fond des océans. Reprenons donc notre bâton de pélerin.

Nous en étions restés, rappelez-vous, aux prémices du Cambrien, c'est-à-dire à ce qui se passait par ici il y a environ 540 millions d'années.

2ème et dernier extrait de la page 13 du "guide géologique Normandie Maine".

Vite, appelons Google à la rescousse : transgression (déjà vu), May (idem), Urville, la Charnie, molasses, rubéfier, poudingue pourpré (et encore).

En résumé, des matériaux détritiques (du poudingue pourpré), arrachés par la mer, recouvrent désormais ce qui reste du relief antérieur, à savoir la pénéplaine cadomienne.

Je sens que vous avez hâte de connaître la suite. La voici :

1er extrait de la page 14 du "guide géologique régional Normandie Maine".

Complétons notre glossaire : hyolithes (cf la figure 18 de cet intéressant article sur l'"explosion cambrienne"), âge tommotien, trilobites, stromatolithes, dolomies, archaeocyathes, âge atdabanien, arkoses, Sainte-Suzanne.

Que retenir de ce paragraphe ? Il traite essentiellement des fossiles de cette époque où le nombre d'espèces animales a littéralement explosé. Le reste du propos me paraît plutôt abscons, et il nous faut bien l'aide de la "figure 3" (mise en ligne sous cet onglet le 1er février dernier) pour arriver à nous dépatouiller entre trilobites, dolomies et stromatolithes. Si c'est trop dur pour vous, vous êtes autorisés à glisser...

2ème extrait de la page 14 du "guide géologique régional Normandie Maine".

Enrichissons notre vocabulaire : Cambrien moyen, ingression, le Pont-de-la-Mousse, Psammites, Sillé, pédolithes, Saint-Rémy, âge trémadocien, ichnofaciès, lingules, Blandouët, Montabot, glauconie. Ouf !

Ici, il nous faut pour comprendre nous reporter au "tableau 2" mis en ligne sous cet onglet le 1er février dernier. On perce alors quelques-uns des mystères de ce texte d'autant plus amphigourique qu'il mélange allègrement le Cambrien et l'Ordovicien, ce qui est un comble pour les nouveaux experts que nous sommes en train de devenir à la sueur de notre front.

Donc, sur le hiéroglyphe du "tableau 2" en question, les tôles ondulées doivent représenter, si on suit bien, les fins de périodes de hautes eaux : après cela, le niveau des mers ayant baissé (au moins en termes relatifs), les sédiments se déposent ailleurs.

3ème extrait de la page 14 du "guide géologique régional Normandie Maine".

De grâce, dictionnaire ! Voici, Monseigneur : Arenig (donc Arenig = Floien ; si Francis DORE et ses lascars multiplient les synonymes, ça ne va pas arranger nos affaires), lacune normande (un dada de notre Francis DORE, semble-t-il donc...), épirogenèse (déjà vu).

Dans ce court paragraphe, on dirait bien que Francis DORE se carricature hardiment. Son texte est carrément im-bi-ta-ble ! Retenons l'idée de trois "pulsations épirogéniques", c'est-à-dire de trois phases d'émersion du secteur (la Mancellia, je le rappelle), incompatibles avec la moindre sédimentation supplémentaire. Ces trois phases d'émersion entraînent ainsi une "lacune" dans la continuité des sédiments. Vraiment laborieux, ce laïus !

4ème extrait de la page 14 du "guide géologique régional Normandie Maine".

Dico ! Ecouves, les Coëvrons, volcano-clastites, Voutré, Porphyre, massif de Multonne, vitroclastique (ce qui nous renvoie aux rhyolites), pyroclastites, ignimbrites, paragenèse, quartz-kératophyre. Fermez le ban !

Donc, ici, on nous parle de volcanisme, un véritable feu d'artifice à répétitions, avec explosions et épanchements de lave, mais uniquement dans le Sud de la Normandie et du côté du Maine.

Ce sera tout pour aujourd'hui ! Avouez que vous y preniez goût...

L'étape suivante nous amènera à la "transgression ordovicienne".

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 15 février 2011
Divers - Géologie
0
Dans notre périple géologique, nous voici enfin arrivés au début d'une période, l'Ordovicien, qui produisit nombre des roches que nous voyons aujourd'hui autour de nous dans le Domfrontais.

Sur la carte géologique au 1/50 000ème du B.R.G.M. autour de la Chaslerie (que j'avais déjà mise en ligne sous cet onglet le 19 octobre dernier), les terrains sédimentaires apparus lors de l'Ordovicien sont ceux, grisés, marqués d'un "o" ; les terrains figurés en vert et surchargés d'un "b" sont des roches métamorphiques datant de la période antérieure du Briovérien et ceux en rouge désignent des roches plutoniques à l'origine de ce métamorphisme (granites en rouge soutenu et granodiorites en rose) ; les terrains grisés marqués d'un "S" datent, eux, du Silurien, c'est-à-dire de la période qui a immédiatement suivi l'Ordovicien :

extrait de la carte géologique de la France au 1/50 000.

Je redonne également la partie pertinente ici de la légende de cette carte (légende déjà mise en ligne ici le 29 octobre 2010) qui permet de retrouver ses petits au milieu de tous ces noms savants et de ces "périodes" et "étages" qui s'enchaînent sans discontinuer au point de nous donner le tournis :

Reprenons maintenant le "guide géologique Normandie Maine", à l'endroit où nous venons de le laisser dans le message immédiatement précédent. On lit d'emblée que l'Ordovicien s'est traduit en Normandie par une nouvelle transgression marine, celle-ci en deux étapes :

2ème extrait de la page 15 du "guide géologique Normandie Maine".

Sur cette carte, Domfront (qui se situe à une vingtaine de kilomètres à l'Est de Mortain) se trouve clairement dans la zône qui a "reçu" du grès armoricain, c'est-à-dire qui, après l'émersion de la fin du Cambrien, se trouvait réimmergée dès l'Arenig, donc au tout début de l'Ordovicien, c'est-à-dire il y a environ 475 millions d'années.

5ème extrait de la page 14 du "guide géologique Normandie Maine".

Reprenons notre glossaire, sans hésiter à regarder de nouveau le sens de mots déjà rencontrés : grès, schistes, grès armoricain, ère cadomienne, Cambrien, poudingue quartzeux, reg, quartzites, Gouvix, Herquemoulin, Mont Castre, Perseigne, Coëvrons, rutile, zircon, monazite, trilobites, Ogyginus, Platycoryphe, lingules, Ectenoglossa, bivalves, Ctenodonta, ichnofaciès, annélides, scolithes (donne envie de ballades sur place), Cruziana, Rusophycus.

(Je vais prendre le temps de lire tranquillement ce glossaire avant de donner ma traduction, en termes simples, de ce premier extrait sur l'Ordovicien en Normandie).

6ème extrait de la page 14 du "guide géologique Normandie Maine".

Le glossaire fournira le sens des mots suivants : acmé, Llanvirn, faciès, arénacé, Moitiers d'Allonne, calymènes, Urville, Didymograptus bifidus, Didymograptus murchisoni, Neseuretus, Crozonaspis, Eodalmanitina, silt, mica, Soumont, oolithes, chamosite, hématite, sidérite.

7ème extrait de la page 14 du "guide géologique Normandie Maine".

1er extrait de la page 15 du "guide géologique Normandie Maine".

Glossaire : Llandeilo, Caradoc, grès de May, quartz, mica, Marrolithus, Petit May, Grand May, cystidés, conulaires, Eohomalonotus, Sangsurière, Ecalgrain, Onnia grenieri, Kloucekia dujardini.

1er extrait de la page 16 du "guide géologique Normandie Maine".

Glossaire : Caradoc, Ashgill, Llandovéry, Wenlock, Crennes, tillite, fucoïdes, grès culminant, schistes de la Sangsurière, grès de May (il serait intéressant d'aller voir sur place ces fameuses carrières), fini-ordovicien.

2ème extrait de la page 15 du "guide géologique Normandie Maine".

Glossaire : fini-ordovicien, tillite, Feuguerolles, tillite de Feuguerolles, calcaire des Vaux, Ashgill, synclinal de Sées, drop-stones.

(à suivre lors d'une prochaine insomnie, sans doute : je fournirai alors le glossaire, toujours indispensable pour comprendre ce sabir, et donnerai mon interprétation, en termes accessibles, de cet abominable jargon. Notons toutefois que la deuxième moitié de la "figure 5" ci-dessus comporte des informations relatives à Domfront, ce qui va sans doute nous aider dans l'étude de la prose de Francis DORE et de ses complices...).

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 23 février 2011
Divers - Géologie
0
Si Ronsard avait eu la chance d'étudier les messages de ce site sur la géologie, il n'aurait pas écrit que les rochers n'avaient que 3 000 ans.

Ceci dit, je partage ses regrets, la Chaslerie me manque. Et je cours de ce pas vers mon Vendômois que je n'ai plus revu depuis samedi dernier, un éternité donc...

"Quand je suis vingt ou trente mois
Sans retourner en Vendômois,
Plein de pensées vagabondes,
Plein d'un remords et d'un souci,
Aux rochers je me plains ainsi,
Aux bois, aux antres et aux ondes.

Rochers, bien que soyez âgés
De trois mil ans, vous ne changez
Jamais ni d'état ni de forme ;
Mais toujours ma jeunesse fuit,
Et la vieillesse qui me suit,
De jeune en vieillard me transforme.

Bois, bien que perdiez tous les ans
En l'hiver vos cheveux plaisants,
L'an d'après qui se renouvelle,
Renouvelle aussi votre chef ;
Mais le mien ne peut derechef
R'avoir sa perruque nouvelle.

Antres, je me suis vu chez vous
Avoir jadis verts les genoux,
Le corps habile, et la main bonne ;
Mais ores j'ai le corps plus dur,
Et les genoux, que n'est le mur
Qui froidement vous environne.

Ondes, sans fin vous promenez
Et vous menez et ramenez
Vos flots d'un cours qui ne séjourne ;
Et moi sans faire long séjour
Je m'en vais, de nuit et de jour,
Au lieu d'où plus on ne retourne.

Si est-ce que je ne voudrois
Avoir été rocher ou bois
Pour avoir la peau plus épaisse,
Et vaincre le temps emplumé ;
Car ainsi dur je n'eusse aimé
Toi qui m'as fait vieillir, Maîtresse."

Guy HEDOUIN
rédigé le vendredi 4 mars 2011
Divers - Archives, histoire - Géologie - Liens divers, documentation
0
Bonjour,

L'IGN a mis en ligne les cartes d'état-major du 19ème à l'échelle 1/40 000ème. Voici le lien. Dans la partie gauche, il faut cliquer sur "Cartes" puis sur "Minutes Etat-Major 1:40000". Les cartes ne sont pas d'une netteté extraordinaire, il y a comme un léger floutage, je pense que cela est dû au fait qu'elles sont encore commercialisées.

Bonne journée !