Economie

Hervé TEXIER
rédigé le lundi 4 janvier 2016
Divers - Economie - Eoliennes
0
Encore une fois la CRE donne un avis défavorable concernant le tarif de rachat de l'électricité éolienne : "En vertu de ce qui précède, la CRE émet un avis défavorable au maintien de l’éligibilité de l’éolien terrestre au régime de l’obligation d’achat. Elle demande que les installations ne puissent bénéficier que de contrats de complément de rémunération conclus dans le cadre d’appels d’offres" .

Vous trouverez ci-dessous le texte de cet avis qui mérite un examen attentif.
Merci de vos avis !

Hervé TEXIER
rédigé le mardi 12 janvier 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Eoliennes
0
"Un décret modifie le cadre réglementaire applicable aux ouvrages de production d'énergie renouvelable en mer. Il allonge les durées d'autorisation et instaure des règles contentieuses spécifiques."

"Un décret publié au JO du 10 janvier et modifiant le code de la justice administrative supprime l’étage des tribunaux administratifs dans les procédures de recours contre les projets éoliens en mer. Il attribue à compter du 1er février 2016 à la cour administrative d’appel de Nantes la compétence pour connaître en premier et dernier ressort des recours dirigés contre certaines décisions relatives aux installations de production d’énergie renouvelable en mer".

A quand la suppression des TA pour l'éolien terrestre ?

Nos dossiers d'appel de recours à la CAA de Nantes risquent d'attendre encore plus longtemps.

Hervé Texier
BNE / FED
06 89 58 70 27
02 31 25 27 08

N.D.L.R. : Faut-il se plaindre de ces délais supplémentaires possibles ? Je ne le crois pas puisque j'espère encore qu'un jour, les pouvoirs publics ouvriront enfin les yeux sur l'invraisemblable gâchis de l'éolien.

leparisien.fr
rédigé le jeudi 21 janvier 2016
Divers - Economie - Eoliennes
0
Soupçons d'arnaque : le placement miracle vire à la déroute
LE FAIT DU JOUR. En faisant miroiter rendements records et défiscalisation, FSB Holding a englouti des millions d'euros d'épargne. La justice soupçonne une gigantesque arnaque.
Dossier Réalisé Par boris Cassel et Matthieu Pelloli | 21 Janv. 2016, 04h10 | MAJ : 21 Janv. 2016, 09h51

Ce sont les pigeons de l'éolien. Chômeurs, retraités, employés... ils sont de toutes les classes sociales, de toutes les régions françaises, de tous les niveaux d'études. Tous ont placé, les yeux fermés, leurs économies dans des produits financiers alléchants, censés faire pousser des champs d'éoliennes et de panneaux solaires.

Dominique Thiébaut LEMAIRE
rédigé le jeudi 21 janvier 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Social - Botanique, zoologie - Arboriculture, horticulture
0
Billet : l’accord de Paris sur le climat
Posted on 21 janvier 2016 par Libres Feuillets

Pour conclure un accord à cent quatre-vingt-quinze
Entre tous les pays de la planète terre
Et sauver l’avenir en sauvant le climat
Dans l’espoir nous dit-on que ce n’est pas trop tard
Il a fallu trouver c’est plus qu’un exercice
Le dénominateur d’un langage commun

Pour que l’humanité ne soit pas kamikaze
En se laissant brûler dans la température
Produite par ses gaz et son hyperthermie
Il y faudra l’effort d’autres négociateurs
Capables pour longtemps d’un stable consensus
Dont les mots ne soient pas un écran de fumée

Je ne vais pas nier que ce soit juste cause
De vouloir préserver la neige et ses atours
La glace blanche ou bleue du pôle et des sommets
Dont la liquéfaction pourrait nous engloutir
Mais tout serait je crois pire dans l’autre sens
Au cas où surviendrait un refroidissement


Dans le cadre des « conférences des parties », les COP, réunissant chaque année les pays qui ont adhéré à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques (adoptée au sommet de Rio en 1992), la COP 21 a réuni 195 Etats au Bourget près de Paris à la fin de 2015. Elle a abouti le 12 décembre, après douze jours de négociations, à un accord pour contenir « l’élévation de la température moyenne de la planète nettement au-dessous de 2 ° C par rapport aux niveaux préindustriels » et poursuivre l’action menée « pour limiter l’élévation des températures à 1,5 ° C ». Cet accord doit entrer en vigueur en 2020.
Le texte réaffirme que les pays développés doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, et fournir une aide financière croissante aux pays en développement pour modérer les leurs. On sait toutefois que l’essentiel de l’augmentation des émissions est dû désormais à l’essor des grands pays émergents.
On vante le caractère universel de cette négociation internationale sur le climat. Mais les sceptiques, constatant qu’à l’évidence les intérêts des divers pays ne vont pas tous dans le même sens, disent que les négociateurs ont voulu sauver l’accord plus que le climat. On vante le caractère ambitieux de l’objectif, limitant à nettement moins de 2 % la hausse de la température moyenne de la planète. Mais l’ambition est d’autant plus grande que les obligations contraignant les Etats sont plus faibles.

Dominique Thiébaut Lemaire

Association éoliennes vents contraires
rédigé le lundi 8 février 2016
Divers - Economie - Eoliennes
0
DECRYPTONS ENSEMBLE VOS FACTURES EDF...

Nous payons tous la CSPE (Contribution au Service Public de l'Electricité) , qui représente aujourd'hui 12% du montant de nos factures... Savez-vous ce qui se cache derrirère ce sigle ?... Suivez le guide !!!
EDF est obligée d'acheter l'électricité éolienne à un prix bien supérieur à celui auquel elle peut la revendre aux consommateurs. Alors la solution tient dans ces 4 lettres (CSPE), une taxe qui permet à EDF de répercuter en partie les pertes accumulées ... Depuis sa création en 2002, la CSPE ne fait qu'augmenter et continuera à augmenter avec le fleurissement de ces nombreux projets éoliens tous aussi incohérents les uns que les autres...
Autrement dit, qui subventionne l'installation de ces éoliennes ?...VOUS !

liberation.fr
rédigé le vendredi 4 mars 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Santé - Social
0
Interview
«Il faut imaginer qu’un accident de type Fukushima puisse survenir en Europe»
Par Coralie Schaub — 3 mars 2016 à 20:11
Le président de l’Autorité de sûreté nucléaire, Pierre-Franck Chevet, déplore le manque de prise de conscience des risques.

N.D.L.R. : Article signalé par Hervé TEXIER.

up-inspirer.fr
rédigé le mercredi 23 mars 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Eoliennes
0
Projet de loi patrimoine: débats nourris à l’Assemblée sur l’implantation des éoliennes

Les députés ont ardemment débattu mardi soir de l’implantation des éoliennes, dans le cadre du projet de loi sur la création et le patrimoine, et supprimé une disposition visant à les limiter, qui avait été introduite par le Sénat.
Les sénateurs avaient décidé de rendre obligatoire l’avis conforme de l’architecte des bâtiments de France sur les installations d’éoliennes qui sont visibles depuis un immeuble classé, un monument historique ou d’un site patrimonial protégé, dans un périmètre de 10 km.
Cet article avait ensuite été réécrit en commission à l’Assemblée en deuxième lecture, pour prévoir un simple avis de la commission régionale du patrimoine et de l’architecture.
Mais le gouvernement ainsi que des députés socialistes, écologistes et UDI avaient déposé pour la séance des amendements pour supprimer l’article, qui ont été adoptés mardi soir dans un hémicycle assez fourni.
Les parlementaires LR ont pour leur part défendu la position du Sénat ou celle de la commission de l’Assemblée. « Attention à la libéralisation totale des éoliennes », a lancé leur chef de file Christian Jacob, déplorant qu' »on sacrifie beaucoup de nos paysages ». Cet élu de Seine-et-Marne s’en est aussi pris à la ministre de la Culture Audrey Azoulay qui devrait selon lui « être celle qui défend le patrimoine ».
La ministre a estimé qu' »il faut concilier deux politiques publiques: favoriser les énergies renouvelables et protéger le patrimoine culturel ». Sur les éoliennes, « les services de l’Etat cherchent la meilleure solution, au cas par cas » et « les procédures sont très encadrées par le droit » déjà.
De nombreux élus écologistes sont aussi montés au créneau, expliquant que la version du Sénat « reviendrait à condamner à peu près toutes les éoliennes terrestres en France » (Michèle Bonneton), et attaquant l’opposition qui ne dit rien « sur les lignes à haute tension ou la présence des centrales nucléaires » quant à leur impact sur les paysages (Noël Mamère).
Plusieurs socialistes ont aussi rappelé les débats sur la loi de transition énergétique et regretté, à l’instar de Christophe Bouillon, ce « syndrome de Pénélope », avec des tentatives récurrentes de « détricotage ».
Le patron des députés UDI Philippe Vigier est venu en soutien, évoquant un « parcours du combattant » pour installer toute éolienne, qu’il convient selon lui de « simplifier ».

© 2016 AFP

N.D.L.R. : Les pourris nous gouvernent (rappel).

N.D.L.R. 2 : Presse également pourrie ("L'Immonde" le bien-nommé).