Divers

Fédération Environnement Durable
rédigé le mardi 16 mai 2017
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Santé - Eoliennes
0
Bonjour

Une information très importante vient d'être publiée.
L'Académie de Médecine qui avait auditionné la Fédération Environnement Durable vient de confirmer que les éoliennes provoquent bien une maladie.

La FED prépare un communiqué de presse qui sera publié avant vendredi pour alerter nationalement et internationalement de cette prise de position majeure de l'Académie de Médecine de la France

Voici une analyse relayée par Yahoo.fr à l'instant
https://fr.news.yahoo.com/eoliennes-%C3%A9nergie-renouvelable-dangereuse-143734761.html

Eoliennes : une énergie renouvelable… mais dangereuse ?


Malgré leurs bénéfices sur la pollution de l’air, les éoliennes à travers champs impacteraient la santé des populations environnantes. Encore mal documenté, le syndrome de l’éolienne décrit par l’Académie nationale de médecine se caractérise par une atteinte visuelle, sonore… et psychologique.

Réduisant la pollution atmosphérique, les éoliennes substituées aux énergies fossiles contribuent à diminuer le risque de maladies respiratoires (asthme, BPCO), de cancers et de maladies cardiovasculaires. Mais cet atout trouve un contrepoint : les riverains exposés à ces éoliennes seraient de plus en plus nombreux à souffrir de troubles fonctionnels. Répertorié sous le terme de « Syndrome de l’éolienne », ce dernier se caractérise par :

- Des troubles auditifs: le bruit généré par l’éolienne se compose en partie d’infrasons. Inaudibles par l’humain, ceux-ci ne font pas plus de bruit que le battement du cœur transmis dans notre corps par l’oreille interne. Mais en provoquant « des phénomènes de résonnance dans les cavités thoraciques ou de pulsations ressenties », ces infrasons peuvent se traduire en vibrations, constantes donc entêtantes ;
- Une fragilité visuelle : la stimulation lumineuse fractionnée à cause de la rotation des pales peut induire un risque épileptique. Les clignotements des feux de signalisation viennent aussi perturber le confort visuel des personnes fragiles ;
- Une sensibilité psychologique se manifestant par l’altération de la qualité du sommeil, des épisodes de stress, de dépression, d’anxiété, des troubles de la mémoire, une perte d’intérêt pour autrui, une baisse des performances professionnelles…; hypertension artérielle, maladies cardiaques ischémiques, tachycardie…) est aussi rapportée. Tous ces symptômes sont à considérer, même si ces derniers sont souvent le fruit de «;susceptibilité individuelle (…) », comme le rappelle l’Académie nationale de médecine. En allant plus loin, l’ANSES confirmait d’ailleurs, au mois d’avril 2017, l’absence de symptômes spécifiques associés à la proximité des éoliennes."

La perturbation des systèmes neurologique (vertiges, céphalées, acouphènes), endocrinien (sécrétion altérée d’hormones stéroïdes…) et cardiovasculaire (hypertension artérielle, maladies cardiaques ischémiques, tachycardie…) est aussi rapportée. Tous ces symptômes sont à considérer, même si ces derniers sont souvent le fruit de « susceptibilité individuelle (…) », comme le rappelle l’Académie nationale de médecine. En allant plus loin, l’ANSES confirmait d’ailleurs, au mois d’avril 2017, l’absence de symptômes spécifiques associés à la proximité des éoliennes.

Des mesures pour atténuer le syndrome de l’éolienne

Toujours est-il que l’Académie nationale de médecine propose aujourd’hui des mesures pour améliorer le quotidien des habitants vivant à proximité d’une ou plusieurs éoliennes :

- Autoriser la construction d’éoliennes seulement dans les endroits ayant fait l’objet d’un consensus de la population concernée ;
- Faciliter la concertation entre les plaignants et les informer en amont de chaque projet de construction, sur le fonctionnement et donc l’impact potentiel des éoliennes ;
- Systématiser les contrôles de conformité acoustique et fixer la périodicité de ces derniers par arrêté ;
- Encourager les innovations technologiques susceptibles de restreindre le bruit émis par la rotation des pales ;
- Entreprendre une étude épidémiologique sur les nuisances sanitaires répertoriées pour améliorer précisément l’impact de ce syndrome des éoliennes.

Cordialement

Jean-Louis Butré
Président
Fédération Environnement Durable
http://environnementdurable.net
contact@environnementdurable.net
tel 06 80 99 38 08

Vent de colère - Fédération nationale
rédigé le lundi 22 mai 2017
Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes
0
Chers amis,

Veuillez trouver ci-joint la lettre ouverte de Vent de Colère au nouveau Président de la République, aux nouveaux Ministres et aux Elus nationaux et locaux.

Elle reprend les positions récentes des Académies de Médecine et des Sciences, celles plus anciennes de l'Académie des Beaux Arts, très critiques sur l'implantation massive d'éoliennes dans notre pays.

N'hésitez pas à remettre ce document aux élus ou candidats que vous rencontrez.

Amicalement.

-- Vent de Colère ! Fédération Nationale. 06 40 89 49 82

H.R.H. the Duke of Edinburgh
rédigé le vendredi 26 mai 2017
Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Eoliennes
0
Aeolian parks are useless, explains the Duke of Edinburgh.
(By Jonathan Wynne-Jones)

The Duke of Edinburgh made a fierce attack on the wind farms, describing them as "absolutely useless."

The Duke's views are politically charged, as they put him at odds with the Government’s policy
In an onslaught of distress over the onshore wind industry, the Duke said the farms were "a shame".
He also criticized the industry's dependence on electricity customers' subsidies, claimed wind farms would never "work" and accused those who support them of believing in a "fairy tale."
The comments of the Duke will be seized by the booming lobby that says wind farms are ruining the countryside and forcing energy bills.
Criticism of their effect on the environment has risen, with The Sunday Telegraph revealing today that turbines are extinguished in strong winds following complaints about their noise.
The Duke's views are politically charged, as they put him in contradiction with government policy to dramatically increase the amount of electricity produced by the wind turbines.
The country has 3,431 turbines - 2,941 of them on land - and another 4,500 are expected to be built on wind power plans to play a larger role in the supply of British energy.

Chris Huhne, secretary of energy, last month called the opponents of the curmudgeons and fault-finders plans and described the turbines as "elegant" and "beautiful".
The duke's attack on the turbines, considered the first public point of view on his point of view, began a conversation with the CEO of a major wind company.
When Esbjorn Wilmar of Infinergy, who builds and operates turbines, presented himself to the Duke at a reception in London, he ended up at the end of a frank attack on his industry.
"He said they were absolutely useless, totally dependent on subsidies and absolute shame," Wilmar said. "I was surprised by his very frank views."
Wilmar said his attempts to argue that land-based wind farms were one of the most profitable forms of renewable energy received from a strong reaction from the Duke.
"He said," You do not believe in fairy tales, do you? "Said Mr Wilmar." He said they would never work because they need a rescue capability. "
One of the main arguments of the anti-wind lobby is that, because turbines do not produce wind-free electricity, there is still a need for other means of generating energy.
Their proponents argue that it is possible to build "pump storage" systems, which would use the excess energy of wind power to pump water into reservoirs to generate more electricity during periods High demand and low supply.
Last year, electricity customers paid an average of £ 90 per year to subsidize wind farms and other forms of renewable energy as part of a government system to meet carbon.
Mr. Wilmar said that one of the main reasons why the Duke believed that the terrestrial wind farms were "a very bad idea" was their dependence on these subsidies.
The generous financial incentives offered to green energy developers have led landowners to seek to build wind farms in their estates, including the Duke of Gloucester, the queen's cousin.
Prince Philip, however, said he would never consider allowing his land to be used for turbines, which can reach up to 410 feet in height, and he deplored their impact on the countryside.
Mr. Wilmar said: "I suggested to him to put them on his estate, and he said:" You are moving away from my property young man. "
"He said he thought they were not nice at all for the scenery."
The Duke's comments echo the complaints of his son, the Prince of Wales, who refused to build the land of the duchy of Cornwall.
However, a turbine will be erected opposite Mey Castle in Caithness, where it remains for a week every August if a farmer succeeds in obtaining a planning permission from the Highland Council.
Although they oppose land-based wind farms, the royal family can earn millions of pounds from those who are placed abroad.
Last year, Crown Estate, the land and real estate portfolio of 7 trillion pounds, approved an increase in the number of sites around the coast of England. The Crown Estate has nearly 7,700 miles of British seabed.

Experts predict that the growth of offshore wind farms would be worth £ 250million per year. Britain has 436 offshore turbines, but within a decade that figure will reach almost 7,000. Starting in 2013, payments from the Royal Family Civil List will be replaced and instead they will receive 15 Of Crown Estate's profits, although the Queen, Duke, Prince of Wales and other family members have no say How the estate makes its money.Mr. Wilmar was at the reception last week in Chelsea, west of London, marking the 70th anniversary of the Council of Christians and Jews where the Queen and the Duke were guests of honor. The Dutch business company describes itself as Determined to preserve the planet. Infinergy, which is a subsidiary of the Dutch company KDE Energy, intends to build on a number of sites across the country, from northern Scotland to Totnes in Devon.Mr. Wilmar says land turbines are less dependent on subsidies and more profitable than those built in the sea. "If you go offshore, it costs you twice as much as being landed because you have to launch bases in the sea. Sea, "he said. "It's very costly for very obvious reasons." Two-thirds of the country's windmills belong to foreign companies, which are expected to raise $ 500 million a year in grants. A spokesman for the Duke said Buckingham Palace would not decide on a private conversation.

N.D.L.R. : Il est très bien, ce Duc !

lechorepublicain.fr
rédigé le mardi 6 juin 2017
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes
0
Un moteur d'éolienne a pris feu ce mardi 6 juin 2017, à Beauvilliers, près de Chartres. Elle a été totalement détruite par l'incendie. Aucun blessé n'est à déplorer.

N.D.L.R. : On imagine les dégâts si, comme il est envisagé à Ger et Saint-Georges-de-Rouelley, cette éolienne avait été construite dans un bois.

lefigaro.fr
rédigé le mardi 29 août 2017
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Eoliennes
0

LE FIGARO DU 28-08-2017
Denis de Kergorlay : «Très chères éoliennes !»

TRIBUNE - Pour le président exécutif d'Europa Nostra*, les éoliennes non seulement détruisent le patrimoine, mais sont inutiles d'un point de vue climatique et très coûteuses pour les investisseurs comme pour les consommateurs.


La polémique autour de la multiplication des éoliennes sur le territoire français ressemble à une version contemporaine de la querelle entre «anciens» et «modernes».

Se réclament des «modernes» toutes celles et tous ceux qui, s'étant engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique, souhaitent une transition énergétique qu'assureraient des énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse…).

Se retrouvent catalogués au rang des «anciens» (voire des obscurantistes…), pêle-mêle, les climatosceptiques, les défenseurs du nucléaire, ainsi que les défenseurs des paysages et des monuments historiques. Et si, pour une fois, on parlait faits et chiffres, sans fantasmes ni parti pris idéologiques?

L'atteinte aux paysages ou aux monuments est indéniable et croît de manière exponentielle.

Quelques exemples: à Coutances (Manche), une éolienne a été implantée à 3 kilomètres de la cathédrale, merveille du gothique ; à Avignonet (Haute-Garonne), douze engins, dont certains à 750 mètres seulement, se profilent derrière le clocher octogonal du XIVe siècle ; les vieilles pierres de Saint-Jean-d'Angély (Charente-Maritime), dont l'abbaye royale est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, souffrent du voisinage de cinq engins…


Avant vingt ans, les campagnes françaises auront cessé d'être des campagnes. Le cadre de vie des Français aura été bouleversé, sans débat démocratique préalable sur ce sujet.

Et ce n'est qu'un début. Dans le parc naturel régional du Haut-Languedoc, riche en points de vue remarquables, il a été décidé d'implanter jusqu'à trois cents engins, et les derniers projets tendent à dépasser ce chiffre. À quoi bon créer des parcs naturels, si c'est pour les rendre industriels?

Le préfet des Ardennes vient d'autoriser 63 éoliennes de 200 mètres de haut (chacune représentant deux tiers de la tour Eiffel!) à une trentaine de kilomètres de Reims.

Si l'on continue à ce train, avant vingt ans, les campagnes françaises auront cessé d'être des campagnes. Le cadre de vie des Français aura été bouleversé, sans débat démocratique préalable sur ce sujet, puisque ni les enjeux ni les alternatives possibles n'auront jamais été clairement exposés et débattus.

À entendre les «modernes», ces considérations relatives au riche patrimoine culturel de notre pays sont de peu de poids au regard de la nécessité de réduire les émissions de CO2.

Bien évidemment, il faut les réduire, mais ne nous trompons pas de cible: en France, les éoliennes n'ont aucun rôle significatif à jouer dans ce combat, et c'est autrement qu'il faut agir.

En France, en effet, la part de notre électricité issue de sources fossiles est déjà très faible (sans doute de 3 % à 4 % l'an prochain) et ne peut tomber plus bas, compte tenu de la nécessité de compenser l'extrême irrégularité de la production éolienne.


Compte tenu en effet de l'intermittence du vent, ces machines ne fonctionnent en moyenne, sur l'année, qu'à 24 % de leur puissance.

L'implantation de nouvelles éoliennes, loin d'abaisser encore cette proportion, ne pourrait que la relever. Compte tenu en effet de l'intermittence du vent, ces machines ne fonctionnent en moyenne, sur l'année, qu'à 24 % de leur puissance (les 76 % restants correspondant aux arrêts et aux ralentis).

Pour assurer aux consommateurs une alimentation relativement régulière, les éoliennes doivent nécessairement être couplées avec des turbines à gaz, qui émettent du CO2… Le diable, décidément, se niche partout!

Le vrai motif du développement éolien est en réalité de compenser la baisse de la production nucléaire d'électricité, dès lors que l'objectif politique constant, de Hollande à Macron, est de faire passer celle-ci de 75 % de la production totale à 50 % d'ici à 2025, objectif clairement indiqué dans la loi de transition énergétique votée en 2015.

Mais ce qui reste méconnu de l'opinion publique, c'est le coût réel d'un tel choix. L'investissement nucléaire, réalisé dans les années 1970, est largement amorti. Comme le montre notamment l'exemple des États-Unis, la vie de ces centrales peut être prolongée d'une vingtaine d'années, voire davantage, par des travaux dits «de grand carénage», nécessaires pour renforcer encore la sécurité.

Si l'on renonce à cette prolongation pour un tiers des outils existants, en leur substituant, comme l'indique la loi sur la transition énergétique de 2015, des installations éoliennes et accessoirement photovoltaïques, cela coûtera, en termes d'investissement, un surplus de 93 milliards d'euros (estimation par un groupe d'experts indépendants sur la base de celle de la Cour des comptes).

Encore ce chiffrage laisse-t-il de côté un élément fort important: dans le cas des centrales actuelles, le réseau de transport du courant est en place, tandis que pour desservir les 17.000 grandes éoliennes supplémentaires qui résulteraient de l'application de la loi sur la transition énergétique, il serait nécessaire de déployer de nouvelles lignes à haute tension dans tout le pays, avec le cumul d'inconvénients que l'on connaît, paysagers, sanitaires, financiers.


Au lieu d'affecter des dizaines de milliards d'euros à ces milliers d'éoliennes, la France aurait tout intérêt à consacrer cet argent au financement de vrais projets de réduction des rejets de CO2.

À qui appartiendrait-il de supporter cet énorme surcoût?

Comme d'habitude, à chaque consommateur final d'électricité, c'est-à-dire chacun d'entre nous, par le biais, d'une part, de la CSPE qui figure au bas de nos factures d'électricité et augmente sans cesse, d'autre part, de prélèvements nouveaux, déjà décidés, sur tous les combustibles et carburants.

Le président Emmanuel Macron a annoncé un doublement du nombre des éoliennes durant son quinquennat. En pratique, cet objectif est déjà atteint, du fait des implantations décidées avant son élection, qui seront mises en service d'ici à 2022.

Il s'agit donc de «coups partis», dont les consommateurs ne pourront malheureusement pas éviter de faire les frais. Le véritable enjeu, ce sont les engins supplémentaires que l'on voudrait décider à partir de maintenant, d'une grande hauteur, et en très grand nombre, pour une mise en service après 2022.

C'est ce gigantesque gaspillage aujourd'hui programmé qu'il faut absolument éviter.

Au lieu d'affecter des dizaines de milliards d'euros à ces milliers d'éoliennes, la France aurait tout intérêt à consacrer cet argent au financement de vrais projets de réduction des rejets de CO2, tels que l'isolation des bâtiments, la promotion de la voiture électrique ou hybride, la promotion, à l'exemple de pays d'Asie, des scooters électriques et la recherche-développement dans d'autres secteurs d'énergies renouvelables comme la filière bois, la biomasse industrielle, la récupération de la chaleur des eaux usées…

La taxe carbone, aujourd'hui à l'étude, aurait l'avantage de frapper le CO2 là où il est effectivement dégagé, notamment dans les transports et le chauffage des bâtiments, plutôt que de continuer à le chercher dans la production d'électricité, alors qu'il n'y est plus que de manière résiduelle.

Les prochains mois seront sans doute décisifs.

Allons-nous amplifier le gâchis éolien actuel, par habitude, par idéologie et/ou par prévarication, ou bien serons-nous capables de mener un combat courageux, efficace et technologiquement d'avant-garde contre la dégradation du climat?


Désormais il faut choisir, la France n'ayant pas les moyens de faire les deux à la fois.

* La fédération européenne des associations de protection et de mise en valeur du patrimoine culturel.