Divers

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 17 octobre 2015
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes - Ger/St-Georges-de-Rouelley - Autorisation d'exploiter
0
Je n'ai pas la télévision dans l'Orne. On m'a cependant communiqué hier soir un lien internet vers une émission où un maire voisin a parlé avec mépris de contribuables de sa commune, dont il accepte toujours les impôts mais qu'il traite plus bas que terre s'ils ne partagent pas ses lubies les plus dommageables.

Pour répondre à ce très riche marchand de bétail et de viande en semi-gros, je vais mettre en ligne les points de vue de quelques Bas-Normands pur-jus (du moins je le suppose pour la plupart d'entre eux - mais est-il convenable et vraiment nécessaire de se le demander ? j'en doute - ), tels que j'ai pu me les procurer malgré les nombreuses obstructions qui caractérisent le dossier, certaines très préoccupantes :

- Manche-Nature :

- le Groupe Mammalogique Normand :

- le Crépan (Comité régional pour la Protection et l'Aménagement de la Nature) :

- Basse-Normandie Envirionnement :

- les Vieilles Maisons Françaises (délégation de la Manche) :

- la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France (délégation de la Manche) :

- Promotion et défense des sites dans le parc Normandie-Maine et son président, M. Jacques BROCHARD :

- M. et Mme Allan MUNN :

- M. Xavier de THIEULLOY :

- M. et Mme Guillaume GENDRAUD :

Ces contributions ont été portées dans les registres de l'enquête publique tenus par le commissaire-enquêteur. Y étaient aussi consignées les deux contributions dont j'ai déjà fait mention, ici et sur un autre site que je recommande bien volontiers.

Il va sans dire que les partisans du projet sont également invités à me communiquer leurs contributions que j'aurais grand plaisir à diffuser ici. On lira tous avec beaucoup d'intérêt leurs arguments, si possible dans la formulation qu'ils leur ont donnée sur les registres de l'enquête publique.

Bien entendu, si cela gêne les rédacteurs de l'un quelconque des textes précédents que je diffuse ainsi leurs commentaires, il leur suffit de me le faire savoir et je retirerai de ce site le document correspondant.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 20 octobre 2015
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes - Autorisation d'exploiter - Ger/St-Georges-de-Rouelley
0
La loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte permet de demander à la préfète de la Manche d'accroître la distance entre les éoliennes et les habitations, le minimum légal étant de 500 mètres. La carte ci-dessous illustre la portée de cette demande, dans le cas du projet de Ger et Saint-Georges-de-Rouelley, selon que ce minimum serait porté à 800, 900 ou 1 000 mètres :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 22 octobre 2015
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes - Ger/St-Georges-de-Rouelley - Autorisation d'exploiter
0
Je propose aux associations qui voudraient co-signer le courrier suivant (ici en projet) de me contacter :

P.S. du 22 octobre 2015 au soir : Finalement, l'"association pour la restauration et l'animation du manoir de la Chaslerie" ne signera pas cette demande. J'ai en effet fait valoir aux membres de cette association que celle-ci n'était pas la plus légitime pour défendre l'habitabilité de maisons situées à plus de 6 kilomètres de notre manoir favori. Ils ont bien voulu en convenir et je les en remercie.

En revanche, "Basse-Normandie Environnement" et "Promotion et défense des sites dans le parc Normandie-Maine", présidées respectivement par nos amis Hervé TEXIER et Jacques BROCHARD, ont souhaité unir leurs forces à celles de l'"association pour le développement durable de l'Ouest Ornais et ses environs". La lettre, d'ores et déjà signée dans une rédaction amendée par Jacques BROCHARD, partira demain matin. Je la mettrai en ligne dès que j'aurai de nouveau l'usage de mon scanner.

Il doit être souligné que, parallèlement, trois grandes associations nationales reconnues d'utilité publique présenteront la même requête à la préfète de la Manche. Selon moi, leur lettre conjointe marquera l'importance que des observateurs aussi avertis attachent aux beautés naturelles de notre bocage et à la nécessité d'y maintenir un bâti habitable. D'après ce que je comprends, ces trois grandes associations signaleront la qualité exceptionnelle du rapport déposé dans le cadre de la récente enquête publique par M. Etienne OUVRARD, de la "Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères" où est démontrée selon moi la parfaite incongruité de l'implantation d'éoliennes supplémentaires à Ger et Saint-Georges-de-Rouelley. Bien sûr, ce travail sera soumis à l'examen contradictoire du promoteur et de ses bureaux d'études mais il me semble qu'en le citant dans leur courrier, les trois grandes associations nationales en cause renforceront, si c'était encore nécessaire, sa très grande crédibilité.

Je mettrai en ligne la lettre de ces trois grandes associations dès que celle-ci aura été envoyée et pour autant que j'y sois autorisé.

Il va sans dire que, si d'autres associations ou même des particuliers souhaitent appuyer ces demandes, il leur est tout-à-fait loisible de s'inspirer du texte du projet ci-dessus (attention, l'article de loi à citer en fin de texte est l'article 139 et non le 39 comme indiqué par erreur). Nous les y incitons tous bien volontiers.

Hervé TEXIER
rédigé le lundi 2 novembre 2015
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes
0
Bonjour

Je pense que la majorité d'entre vous sont déjà au courant de mes gros problèmes informatiques qui entraînent quelques retards dans mes communications.

Comme je vous en ai déjà avertis, le ministère de l'écologie a fait appel du jugement du TA du 9 juillet 2015 annulant le SRE de Basse Normandie.
Face au délai très court qui nous était imparti, les membres du bureau de BNE ont répondu à l'unanimité quant à la nécessité de se constituer devant la cours d'appel de Nantes. Nous avons demandé à Maître Monamy de le faire au nom de tous les requérants de la première instance. Ce qui a été fait sans frais.
En appel, la présence d'un avocat est obligatoire.

Si parmi les requérants du premier recours certains veulent se désister pour la poursuite en appel, il est urgent de me prévenir, que j'en avertisse notre avocat. Une non réponse sera considérée comme un accord pour poursuivre en appel.
Je ne possède pas toutes les adresses mails des requérants du premier recours.
Certains d'entre vous, ont fait intervenir dans la requête de première instance des membres de leur association, des membres de leur famille, des amis. Il est nécessaire de les avertir et de me faire part de leur position. Je n'ai pas dans l'immédiat la possibilité de retrouver les coordonnées de tous les requérants puisque tous mes documents ont été effacés de mon disque dur.

D'après Maître Monamy, il n'y a pas lieu de répondre dans l'état actuel des choses à la requête d'appel du ministère de l'écologie.

Pour toutes les décisions ultérieures, une Assemblée Générale Extraordinaire sera programmée.
Je dois voir Maître Monamy à l'AG de la FED, le 28 novembre prochain, pour discuter des conditions financières.

Bien cordialement à toutes et tous

Hervé Texier
Président de BNE
06 89 58 70 27
02 31 25 27 08

N.D.L.R. : On suivra avec plaisir et reconnaissance !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 8 novembre 2015
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes - Ger/St-Georges-de-Rouelley - Autorisation d'exploiter
0
Certains voudraient nous faire croire que les éoliennes ne soulèvent pas d'opposition du public.

En fait, il n'y a rien de tel qu'apprendre que des aérogénérateurs électriques industriels vont être édifiés devant sa maison pour comprendre que la vérité est à l'opposé de cette affirmation.

Voici, à titre d'exemple, les documents que l'on me transmet ce matin pour que j'en assure la diffusion. Ils me paraissent en effet éclairants :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 8 novembre 2015
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Botanique, zoologie - Eoliennes - Ger/St-Georges-de-Rouelley - Permis de construire
0
La pipistrelle est une chauve-souris qui, adulte, pèse à peine plus de 3 grammes. Cela ne l'empêche pas, chaque nuit où elle volette près des haies, de dévorer 2 000 moustiques, ce qui, paraît-il, représente le tiers de son poids.

Une pipistrelle.

C'est pour de telles raisons que les chauves-souris sont fortement protégées par tout ce qui, en France et en Europe, compte de compétences en matière d'écologie.

Le mémoire, tel qu'on vient de me le communiquer, déposé par Maître Francis MONAMY en vue d'obtenir l'annulation des permis de construire six aérogénérateurs électriques industriels dans les parages de la forêt de la Lande Pourrie, s'appuie de façon remarquable sur cette réalité incontournable :

Sans doute n'est-il pas inutile que j'explique que ce document est intitulé "mémoire complémentaire" parce qu'il existe un "mémoire introductif d'instance", essentiellement formel car déposé mi-septembre afin de prendre rang auprès du tribunal administratif de Caen.

Hervé TEXIER
rédigé le dimanche 8 novembre 2015
Divers - Economie - Santé - Botanique, zoologie - Eoliennes - Autorisation d'exploiter - Agriculture - Ger/St-Georges-de-Rouelley
0
Voici un article du "Courrier Picard", paru dernièrement, qui devrait inciter certains à réfléchir :

PICARDIE Des éoliennes tueuses de vaches?

Les éoliennes peuvent-elles avoir un impact négatif sur la santé des vaches ? Oui, selon une expertise et cet éleveur de la Somme, contraint d’envoyer son cheptel à l’abattoir.

Yves GOASDOUE
rédigé le mardi 24 novembre 2015
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Arboriculture, horticulture - Agriculture
0
Je suis très inquiet. Nous avons encouragé les collectivités, les hôpitaux à la construction de chaufferies à bois plus respectueuses de l'environnement. Avec le froid arrivent les coupes à blanc ou à la pince des haies du bocage, le bois étant destiné à alimenter les chaufferies. Ces techniques irresponsables détruisent nos paysages. Les forêts sont protégées. Il faudrait en faire de même pour les haies. Ce matin, je posais une question au Gouvernement à ce sujet . Des mesures sont attendues pour décembre prochain.