Divers

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 25 août 2012
Divers - Botanique, zoologie
0
On dirait que les champignons sont en avance... En 2011, il avait en effet fallu attendre le 1er octobre pour voir réapparaître le polypore soufré sur le premier poirier à côté des pilastres. Cette année, il est déjà là et a même fait un petit :

25 août 2012, le polypore soufré du poirier près des pilastres.

Je me demande combien de temps ce poirier va survivre à ce parasitisme.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 27 août 2012
Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes - A.D.D.O.O.E.
0
Contrairement à ce qu'a affirmé M. GRIPPON lors d'une récente réunion, les maires ont bien été saisis pour avis à propos du schéma régional éolien. C'est ce que me confirme la DREAL de Caen. Il leur appartient de répondre individuellement à cette consultation. Je vais donc m'enquérir du contenu des réponses des maires de La Haute Chapelle et de Lonlay-l'Abbaye, et m'assurer qu'ils relayent correctement le point de vue de notre association, avec les motivations qui ont été explicitées en temps et heure.

Gabriel SOULARD
rédigé le lundi 27 août 2012
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes
0
Monsieur,

Comme convenu, je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le schéma éolien du parc naturel régional Normandie-Maine. Ce schéma n'a pas de valeur prescriptive ni de portée réglementaire mais est issu d'un consensus entre les élus du Parc. Vous pourrez également consulter la Charte du PNR 2008-2020 sur notre site Internet qui comporte des engagements et prescriptions concernant l'éolien.

Vous souhaitant bonne réception,

Sincères salutations.

N.D.L.R. : Une fois de plus, il apparaît que Roger GRIPPON s'est mépris, sans doute sous l'effet des masses d'informations que, comme ses collègues maires de communes rurales, il doit ingurgiter. Le document transmis par M. SOULARD est ni plus, ni moins que celui que j'avais déjà mis en ligne. Il n'y a nulle délégation de compétence au parc régional en matière d'éoliennes. C'est aux collectivités territoriales de répondre, sauf à admettre qu'elles ne sont pas au niveau de leurs attributions (ou que les élus ont d'autres idées derrière la tête) !

Guy HEDOUIN
rédigé le mardi 28 août 2012
Divers - Liens divers, documentation
0
Bonsoir,

Bien rentré, j'espère.

Voici la preuve de l'envoi du fichier @ bio

(début de citation)

"26 août 2012 à 17 h 28 :

Producteurs Bio

- PAIN

Michaêl DESLOGES
Paysan boulanger
6 Le Manoir
Coudeville sur mer
Tel : 0233502367

- VIANDES

Wilfried LEGER
Producteur de porc de Bayeux plein air, de veau de lait de race Normande
Le Bois Landelle
Hudimesnil
Tel : 0680825893

Romain LEPROVOST
'' agneaux du bocage
La Varenne
50290 Briqueville sur mer
Tel : 0233498978

Philippe LECOMTE
'' boeufs et veaux normands
La Guillarderie
50210 Guéhébert
Tel : 0233468338

La Ferme des becs plats
M. DULONG
éleveur, producteur canards, poules ; petit magasin bio
77, rte St Malo
50230 Agon Coutainville
Tel : 0233468470

– Fruits et Légumes-

Eric LEGEURLIER
Arboriculture et légumes de saison
Hameau Guesnay
50210 Camprond
Tel : 0233457152

(fin de citation)

Bonne soirée !

N.D.L.R. : Ayant passé une bonne partie de la journée avec Guy HEDOUIN, je m'étais permis de lui reprocher de ne pas nous avoir communiqué les adresses bio promises lors du festin qu'il nous avait offert le 12 août dernier à la Bézirie. Il m'a donc prouvé que je me trompais et qu'il avait tenu parole dès le 26. Voici en tout cas une liste précieuse de fournisseurs recommandés par cet amateur très exigeant. Compte tenu de ce que j'ai goûté, je confirme que tous ces produits sont excellents. Je donnerai moi-même, prochainement et ici, une liste d'adresses que je recommande pour la table (rayons sucreries et patisseries, mes péchés mignons). Que les visiteurs du site n'hésitent pas à nous faire connaître de même leurs propres listes !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 28 août 2012
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes
0
J'ai demandé à Isabelle d'HARCOURT, administratrice et déléguée régionale de la "Demeure Historique" dont le sérieux et la compétence ne font aucun doute (les siens comme ceux de cette association nationale reconnue d'utilité publique) de m'indiquer ce qu'étaient tenus de faire les maires lors de la consultation en cours sur le schéma régional éolien. Je lui ai également demandé s'ils étaient fondés à s'abriter derrière une prétendue délégation de compétence à un parc naturel régional. Voici sa réponse :

(début de citation)

Il nous avait été indiqué que tous les maires recevraient ces documents. Il semble, en fait, que la DREAL se soit contentée de mettre en ligne l'ensemble du SCRAE, dont fait partie le SRE en annexe, et d'en faire mention sur un site spécial pour les mairies dont j'ai oublié le nom.
Il n'y a pas d'obligation de réponse mais absence de réponse vaudra acceptation. C'est l'habileté du procédé.

Le maire devrait transmettre des remarques objectives concernant sa commune (ex: mention de monuments historiques). S'il le refuse, ce n'est pas une faute légale mais une faute politique et une preuve de manque d'objectivité.

La commune a pu faire délégation de la compétence éolienne à la communauté de communes - et l'on peut alors demander au Président de la communauté de communes de manifester les remarques à faire au nom de la communauté de communes - mais il est absolument impossible que cette compétence ait été tranférée au parc régional. Celui-ci a seulement été invité à formuler un avis dans le passé sur le sujet, avis inscrit dans la charte du parc. Le parc Normandie-Maine (...) a déclaré que l'éolien n'était pas incompatible avec les objectifs du parc, prenant ainsi une position contraire à celle du parc du Perche. Cet avis est seulement consultatif mais peut peser dans des recours éventuels. Consulter la charte du parc pour plus de précision. Je crois d'ailleurs me rappeler que les avis des parcs régionaux sont cités dans le SRE.
Il n'est pas possible pour une commune de se réfugier derrière l'avis du parc qui n'a rien de contraignant.

Amicalement,

Isabelle d'Harcourt

(fin de citation)

N.D.L.R. : Merci Isabelle, c'est très clair. Je pense qu'il nous faut donc saisir nos maires respectifs ET LEURS CONSEILS MUNICIPAUX par lettre recommandée A.R. afin qu'ils inscrivent ce point à leur ordre du jour en temps utile pour être à même de répondre avant le 9 septembre prochain. Il nous appartient de leur fournir des arguments précis et pertinents et de veiller, y compris en les interpelant publiquement en cas de carence, à ce qu'ils confirment qu'ils sont à la hauteur de leurs responsabilités d'élus.

François MOREAU
rédigé le mercredi 29 août 2012
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes
0
Je trouve que l'expression "Liste des communes favorables à l'éolien" (p.81 dudit schéma) est pour le moins ambiguë, puisque, si je vous ai bien lu cette fois, ce ne sont pas les communes elles-mêmes qui se sont prononcées, mais le Conseil régional.

Je tiens à être vigilant pour ce qui concerne le territoire de votre commune et de la mienne, et je dois dire que le Parc Régional n'avait pas paru spécialement disposé à aider l'association des bohamadiens qui se sont mobilisés il y a deux ans contre le projet de centrale à bitume que la Société Eiffage voulait installer à Saint-Bômer. J'avais à l'époque adressé une lettre au Directeur du Parc, qui ne m'en a même pas accusé réception.

Bien à vous.

N.D.L.R. : Comme nous l'a très clairement écrit Isabelle d'HARCOURT, le mode de consultation sur ce SRE est tel que "qui ne dit mot consent". D'où l'importance que les conseils municipaux se prononcent effectivement ou, en tout cas, qu'ils ne se laissent pas "avoir" contre leur gré. Par ailleurs, ce que vous nous dites sur l'absence de réaction de la part de vos interlocuteurs confirme l'utilité de leur envoyer des lettres recommandées A.R. : au moins, qu'ils ne puissent nier avoir été mis en temps utile à même d'exercer leurs responsabilités !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 30 août 2012
Divers - Eoliennes - Pouvoirs publics, élus locaux
0
La ligne à très haute tension sera bientôt installée. En roulant entre Saint-Hilaire-du-Harcouët et Mortain (c'est-à-dire à une bonne vingtaine de kilomètres à l'Ouest de la Chaslerie), je suis passé près des nouveaux pylones qui sont gigantesques :

29 août 2012, la future ligne T.H.T.

Voici qui ne va certes pas dans le sens de l'embellissement de la campagne, on se croira bientôt du côté d'Orly (ce qui, sous ma plume, n'est certes pas un compliment)...

29 août 2012, la future ligne T.H.T.

Et dire que les fondations de ces monstres ne sont rien comparées à celles nécessaires pour la moindre éolienne !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 30 août 2012
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes
0
La secrétaire de mairie de La Haute Chapelle que je viens d'appeler s'est informée auprès de la DREAL à propos de la compétence éolienne dans le Domfrontais. Je remercie Mme ZAMBRONIS pour ce travail, d'autant que la réponse est claire et nette : le sujet relève de la communauté de communes du Domfrontais.

Il appartient donc à M. Didier LEDUC, président de cette communauté de communes, de répondre à la consultation en cours ; il souhaitera sans doute associer son conseil de communautés à l'élaboration de cette réponse.

J'observe que, d'ores et déjà, des communautés de communes du Perche et de l'Alençonnais ont réagi négativement, y compris par voie de presse, à l'idée d'inscrire des communes de leurs territoires sur les listes de communes prétendument favorables au "petit éolien" (soit des éoliennes pouvant atteindre près de 90 mètres de haut avec les pales) ou au "grand éolien" (sans limite de hauteur).

Il serait fâcheux que le mode de consultation retenu par les autorités caennaises (dans ce système, les abstentions sont réputées équivaloir à des avis favorables ; il faut en outre répondre avant le 9 septembre, ce qui laisse très peu de temps disponible) conduise les élus du Domfrontais à cautionner, au cas où leur silence persisterait, des conclusions hâtivement préparées, extrêmement pernicieuses pour le potentiel touristique et faunistique du Domfrontais et hautement contestables en l'état du dossier.

J'ai téléphoné à Melle PIEDNOIR, la secrétaire générale de la communauté de communes du Domfrontais, pour lui signaler ce dossier en la priant d'appeler l'attention de M. Didier LEDUC et de ses collègues sur leurs responsabilités en la matière. Elle m'a répondu qu'elle n'allait pas y manquer. Dans une lettre recommandée à M. LEDUC et aux membres de son conseil de communautés, je compte développer quelques arguments de forme et de fond (les premiers recensés par notre association) qui me paraissent militer pour le retrait pur et simple des communes de La Haute Chapelle et de Lonlay-l'Abbaye des listes de communes prétendument favorables à l'implantation d'éoliennes sur leur territoire.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 30 août 2012
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes
0
Les messages relatifs au schéma régional éolien de Basse-Normandie (mis en ligne à partir de l'onglet "Vie de l'association") suscitent à l'évidence un vif intérêt de la part des visiteurs de notre site favori. Je m'en rends compte lors de mes contacts avec des élus ou des fonctionnaires en charge du dossier. Je m'en aperçois également à travers les messages que je reçois, sur ce site ou par courriel ou encore par téléphone.

Afin de permettre de tirer parti de tous les arguments ainsi échangés, je vous propose une démarche inédite : nous allons préparer ensemble la lettre recommandée qui sera envoyée dès que possible à M. Didier LEDUC, président de la communauté de communes du Domfrontais et aux membres de son conseil. Je vais en commencer la rédaction devant vous, en temps réel, et on va tâcher de fignoler, tous ensemble, nos arguments et leur présentation en vue de convaincre nos interlocuteurs et, avant tout, de les inciter à se prononcer.

Allons-y !

(début du brouillon)

Monsieur le président, Mesdames, Messieurs, (il faut que je vérifie s'il y a des dames à ce conseil ; d'après ce que me dit une secrétaire, il n'y en aurait qu'une, Mme JOURDAN, maire de Champsecret)

Comme vous le savez, l'Etat, en liaison avec le conseil régional de Basse-Normandie, organise en ce moment une consultation publique portant sur le projet de "Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE)" qui a été élaboré sous l'égide du conseil régional de Basse-Normandie. Parmi les annexes de ce document d'orientation pour les années à venir figure un projet de "schéma régional éolien (SRE)" censé définir la liste des communes où pourront être implantées des "zones de développement éolien (ZDE)" d'ici 2020.

Cette démarche s'inscrit dans le prolongement d'engagements internationaux (dans le cadre du "protocole de Kyoto"). Aux termes du rapport qui vous est soumis par le conseil régional, il serait ainsi prévu que la puissance éolienne terrestre installée sur le territoire français sera de 19 000 MW en 2020, à comparer à 7 500 MW environ installés en mai 2012 (dont 230 MW en Basse-Normandie grâce à une cinquantaine d'installations). En Basse-Normandie, la situation est encore, à ce jour, très différente d'un département à l'autre puisque (sur la base des chiffres officiels), en mai 2012, 67 mâts d'éoliennes de plus de 50 m de haut (à quoi s'ajoutent les pales) étaient installés dans le Calvados, 46 dans la Manche et 2 dans l'Orne.

D'après les intentions affichées par le projet de schéma régional éolien, l'Orne ne restera pas longtemps dans cette situation et il est prévu un programme de rattrapage rapide pour rééquilibrer la répartition des éoliennes dans l'ensemble de la région. Or vous avez sans doute appris que des communautés de communes de l'Est du département de l'Orne (dans le Perche et l'Alençonnais notamment) ont d'ores et déjà marqué leur volonté de protéger leur territoire contre l'implantation d'éoliennes. Cela signifie vraisemblablement que l'Ouest du département pourrait devoir prendre beaucoup plus que sa part dans ce programme de rééquilibrage. En outre, les résistances observées du côté de Rânes et de Briouze, qui se traduisent déjà par des offensives judiciaires très violentes, pourraient amener les pouvoirs publics à renoncer aux ZDE qui y étaient autorisées en janvier 2012 et à chercher à en implanter de nouvelles, importantes et concentrées dans notre secteur du bocage.

Dans la mesure où le calendrier de la consultation est très tendu (il faut absolument s'être prononcé avant le 9 septembre prochain), il importe que la communauté de communes du Domfrontais, dont c'est la responsabilité, fasse très rapidement entendre sa voix dans le débat. A défaut, il pourrait, d'après le SRE (et dès lors que d'autres réglementations - par nature changeantes - seraient respectées), être installé des éoliennes de nettement plus de 100 mètres de haut sur les territoires de Ceaucé, Domfront, Lonlay-l'Abbaye et Saint-Bômer-les Forges et des éoliennes de près de 100 mètres de haut sur le territoire des autres communes de la communauté de communes du Domfrontais, c'est-à-dire Avrilly, Champsecret, La Haute Chapelle, Rouellé, Saint-Brice et Saint-Gilles-des-Marais.

Se prononcer dans de telles conditions, comme on vous y invite, n'est certes pas facile. On doit d'ailleurs signaler qu'en dépit des louables efforts consentis par les rédacteurs du SRE afin de faciliter la lecture de leur document, nombre de passages en demeurent très obscurs, donc sources de questions sans réponse à ce jour. Ainsi, les développements juridiques de la partie "A3" du rapport, dont on sent bien l'importance pratique essentielle, sont peu clairs (comme, par exemple, sur les conditions que doivent réunir les développeurs de champs éoliens pour bénéficier de l'obligation d'achat à un prix fortement majoré qui pèse sur tous les abonnés d'EdF et non sur les bénéficiaires de la rente ainsi organisée des éoliennes). De même, rien n'est dit sur l'identité de ceux qui supporteront la charge des nouveaux réseaux de fils électriques nécessités par les éoliennes, ou encore de ceux qui devront payer le démontage des installations lorsqu'elles seront devenues obsolètes (sachant qu'on compte 150 m3 de fondations de béton, soit un cube de plus de 5 mètres de côté, pour chaque éolienne de 2 MW). Tout ceci ne veut-il pas dire que ce sont les abonnés d'EdF qui devront supporter la totalité des charges financières des éoliennes alors que, seule, une poignée de promoteurs malins ou bien connectés engrangerait des bénéfices considérables ?

Il y a là des questions de fond qui mériteraient d'être examinées à tête reposée, en dehors des périodes de congés (toute cette consultation a débuté le 9 juillet et s'arrêtera le 9 septembre) et sur la base de rapports complets et clairs. A défaut de telles précautions, la consultation est-elle autre chose qu'un leurre d'autant plus dangereux que, devant le maquis du SRE que j'ai tâché de vous résumer, "qui ne dit mot consent" ?

(à suivre. Je suis obligé d'interrompre ce travail car je dois aller chez "Orditop", mon réparateur d'ordi à Domfront ; l'appareil que j'utilise à la Chaslerie a en effet ses connexions H.S. et celui de Caen n'arrive pas davantage à imprimer ; j'espère que M. HORGNIES va savoir dépatouiller ce bazar.)

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 30 août 2012
Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Eoliennes
0
En sortant d'"Orditop", je suis passé à la communauté de communes du Domfrontais. Melle PIEDNOIR m'a informé qu'elle avait joint M. LEDUC et que celui-ci était d'accord pour que cette collectivité territoriale évoque la question du SRE lors de sa prochaine séance, jeudi prochain. C'est un bon début !

La dame en charge de l'animation culturelle à la communauté de communes m'a transmis, "de la part de M. LEDUC", une invitation à participer ce soir à 20 h à la présentation de la saison culturelle 2012-2013 dans le Domfrontais. Y sera projeté un film de l'excellent Rémi MAUGER (cf "Paul dans sa vie"). Je remercie M. LEDUC pour cette délicate attention et me rendrai avec plaisir à cette fête. Je pourrai, je l'espère, lui dire quelques mots à propos du projet qui nous préoccupe. Mon idée est de l'inciter à la plus grande circonspection vis-à-vis des méthodes mises en œuvre et des thèses défendues à ce sujet par le conseil régional.

Enfin, une secrétaire de la communauté de communes m'a communiqué la liste des membres de son conseil. Sur 20 titulaires, il n'y a que 4 femmes, Mmes Chantal JOURDAN de Champsecret, Françoise DOUBLET, Chantal MUSTIERE et Françoise LANDAIS, toutes trois de Domfront, Quatre femmes sur vingt membres, je trouve que c'est bien peu ! Dans ma lettre en cours de rédaction, je devrai donc écrire "Mesdames" et non "Madame".