Botanique, zoologie

Dominique Thiébaut LEMAIRE
rédigé le jeudi 21 janvier 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Social - Botanique, zoologie - Arboriculture, horticulture
0
Billet : l’accord de Paris sur le climat
Posted on 21 janvier 2016 par Libres Feuillets

Pour conclure un accord à cent quatre-vingt-quinze
Entre tous les pays de la planète terre
Et sauver l’avenir en sauvant le climat
Dans l’espoir nous dit-on que ce n’est pas trop tard
Il a fallu trouver c’est plus qu’un exercice
Le dénominateur d’un langage commun

Pour que l’humanité ne soit pas kamikaze
En se laissant brûler dans la température
Produite par ses gaz et son hyperthermie
Il y faudra l’effort d’autres négociateurs
Capables pour longtemps d’un stable consensus
Dont les mots ne soient pas un écran de fumée

Je ne vais pas nier que ce soit juste cause
De vouloir préserver la neige et ses atours
La glace blanche ou bleue du pôle et des sommets
Dont la liquéfaction pourrait nous engloutir
Mais tout serait je crois pire dans l’autre sens
Au cas où surviendrait un refroidissement


Dans le cadre des « conférences des parties », les COP, réunissant chaque année les pays qui ont adhéré à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques (adoptée au sommet de Rio en 1992), la COP 21 a réuni 195 Etats au Bourget près de Paris à la fin de 2015. Elle a abouti le 12 décembre, après douze jours de négociations, à un accord pour contenir « l’élévation de la température moyenne de la planète nettement au-dessous de 2 ° C par rapport aux niveaux préindustriels » et poursuivre l’action menée « pour limiter l’élévation des températures à 1,5 ° C ». Cet accord doit entrer en vigueur en 2020.
Le texte réaffirme que les pays développés doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, et fournir une aide financière croissante aux pays en développement pour modérer les leurs. On sait toutefois que l’essentiel de l’augmentation des émissions est dû désormais à l’essor des grands pays émergents.
On vante le caractère universel de cette négociation internationale sur le climat. Mais les sceptiques, constatant qu’à l’évidence les intérêts des divers pays ne vont pas tous dans le même sens, disent que les négociateurs ont voulu sauver l’accord plus que le climat. On vante le caractère ambitieux de l’objectif, limitant à nettement moins de 2 % la hausse de la température moyenne de la planète. Mais l’ambition est d’autant plus grande que les obligations contraignant les Etats sont plus faibles.

Dominique Thiébaut Lemaire

mediapart.fr
rédigé le vendredi 1 avril 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Santé - Social - Botanique, zoologie
0
Opérateur d'abattage : un métier comme les autres ?
14 mars 2016
Par Jean-Paul Richier
Blog : Pour un monde un peu moins pire

La mise en ligne de vidéos tournées clandestinement en abattoir invite à réfléchir à la conduite des opérateurs d'abattage, non seulement au travail, mais en dehors du travail.

Si le lien entre les violences sur animaux socialement inacceptables et les violences interhumaines est documenté, se pose la question de ce lien à propos des violences sur animaux socialement admises. Au fil du XIXe siècle en France, on a caché la mise à mort des animaux car on pensait qu'elle pouvait inciter le peuple à la violence.
Plusieurs études statistiques récentes aux États-Unis rapportent un lien entre la présence d'abattoirs industriels de bétail et le nombre d'infractions, notamment violentes ou sexuelles, dans la collectivité environnante.

N.D.L.R. : Et les dégâts sur l'environnement ? Et sur les chiroptères ? Bon Dieu, mais c'est bien sûr !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 11 avril 2016
Assemblées générales - Divers - Santé - Botanique, zoologie - Eoliennes - A.D.D.O.O.E.
0
Dans la foulée de l'assemblée générale qui m'a autorisé à ester en justice dans une affaire du ressort de l'association...

9 avril 2016.

... j'avais organisé une conférence sur l'acoustique des éoliennes et ses impacts sur la santé :

9 avril 2016.

Hélas, mon épouse étant absente, je n'avais pas pensé à installer le chauffage et l'auditoire était gelé au bout des trois heures d'un exposé heureusement de qualité.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 8 mai 2016
Divers - Economie - Santé - Social - Botanique, zoologie - Arboriculture, horticulture - Agriculture
0
Je viens de terminer la lecture du très passionnant ouvrage de Charles et Perrine HERVE-GRUYER, "Permaculture - Guérir la Terre, nourrir les hommes" paru chez "Actes Sud" en 2014.

Il va falloir que j'approfondisse le sujet, peut-être en privilégiant l'approche de la "forêt-jardin" qui me semble davantage à la portée d'un vieil homme au dos raidi. Et pourquoi ne pas recreuser deux ou trois mares à proximité de notre manoir favori, dans l'espoir d'y réintroduire une biodiversité mise à mal par les crétins qui nous cernent ?

Affaire en délibéré.

Le Publicateur Libre
rédigé le lundi 23 mai 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Botanique, zoologie - Arboriculture, horticulture - Agriculture
0
Désormais, l'arrachage des haies du Bocage est soumis à une réglementation.

N.D.L.R. : Quelles sanctions sont prévues en cas de non-respect des procédures ? N'y aurait-il pas lieu de mettre en place une publicité des contrevenants ?

Il y a quelques années, la communauté de communes du Domfrontais, agissant en liaison avec "Pays du bocage", encourageait la replantation de haies bocagères. Le travail était très bien fait par des RMIstes bien encadrés. Quelles leçons ont été tirées de ces expériences ? Serait-il envisageable de les renouveler ? Il me semble que cela pourrait avoir d'heureux effets pour notre bocage. Peut-être d'ailleurs, face à un tel problème, vaut-il mieux manier la carotte que le bâton. Je me permets de soumettre l'idée.

lefigaro.fr
rédigé le jeudi 26 mai 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Santé - Botanique, zoologie - Agriculture
0
Une nouvelle vidéo choc dénonce des conditions d'élevage de poules dans l'Ain.

N.D.L.R. : J'adhère à L214 et me permets de vous suggérer d'en faire autant.

Je ne suis pas végan, ni végétalien, ni végétarien, j'aime beaucoup le foie gras, d'oie comme de canard, mais il y a des choses qui doivent cesser. Traiter des animaux avec cruauté me semble inadmissible. J'entends aider L124 dans nombre de ses combats.

Association L214
rédigé le mercredi 29 juin 2016
A.D.D.O.O.E. - Lobbying - Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Santé - Social - Botanique, zoologie - Agriculture
0
Dans les abattoirs, le cauchemar continue.
L214 révèle 2 enquêtes.

Ces nouvelles images publiées ce matin proviennent des abattoirs de Pézenas (34) et de Puget-Théniers (Mercantour - 06). Elles « dévoilent encore une fois la cruauté des hommes envers les animaux » commente Rémi Gaillard dans cette vidéo.

N.D.L.R. : Je soutiens L214. La cruauté envers les animaux est intolérable !

Exigeons l'installation de systèmes de vidéo-surveillance dans TOUS LES ABATTOIRS de France !

Il y a désormais, outre des preuves qui s'accumulent, une très forte présomption d'inhumanité dans ces endroits, et d'insuffisance flagrante et manifeste des contrôles des services de police de l'Etat, notamment les vétérinaires.

change.org
rédigé le mardi 5 juillet 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Santé - Botanique, zoologie - Agriculture
0
Des hormones sont injectées aux vaches pour augmenter leur production de lait. Mais ce traitement contre nature provoque notamment des infections des pis, ce qui implique des traitements à base d’antibiotiques que l’on retrouve malheureusement dans le lait que nous consommons, ce qui n’est pas sans conséquence… sans parler du pus que l’on retrouve aussi dans le lait, puisque, avant que l’infection soit détectée et traitée, un peu de pus a le temps de s’écouler avec le lait.

Pour remédier à ces soucis techniques, l’homme, dans toute sa splendeur, a ainsi inventé les vaches avec un hublot sur le côté… lui permettant de contrôler constamment la qualité de la digestion et les médicaments à donner pour que tout soit « parfait »…

Il y aurait 3 ou 4 producteurs en France qui utiliseraient cette méthode selon certains journalistes.

En s’assurant qu’elles digèrent bien et que le taux d’acidité est correct.
En créant dans leur flanc un orifice (d’un diamètre de +10-15 cm) dans lequel on introduit une sonde. Cet orifice est cerclé de plastique ou je ne sais quoi, afin que j’imagine l’orifice ne se rebouche pas, pour avoir en permanence accès à son estomac ….

Le rumen est le premier des quatre estomacs de la vache. Pour avoir accès plus facilement à l’intérieur de cet estomac, on a cousu ce dernier à la peau et on a ensuite refermé le tout avec un hublot en plastique. Dans les fermes expérimentales, ce hublot permet de passer le bras profondément dans l’animal afin de prélever des échantillons du bol alimentaire.

Détail sordide: lorsque ce hublot est ouvert par temps froid, une vapeur s’en dégage qui monte jusqu’au plafond. Cette vision, accompagnée des chuintements causés par la digestion, donne au visiteur profane l’impression d’un mauvais rêve.

Signez la pétition qui sera remise au commissaire européen à l'agriculture.

N.D.L.R. : Saloperie. Pétition signée !