Archives, histoire

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 23 janvier 2010
Divers - Archives, histoire - Pouvoirs publics, élus locaux
0
L'hebdomadaire local, "Le Publicateur Libre", fête sa fondation, il y a 160 ans, sous le nom "Le Moniteur de l'Orne, journal de l'arrondissement de Domfront". Depuis trois semaines, il publie ainsi le fac-similé de ses unes de 1850.

On peut relever que l'arrondissement de Domfront a cessé d'être en 1926, confirmant ainsi le déclin progressif de la localité. Ces jours-ci, c'est le tribunal qui ferme.

Sébastien WEIL
rédigé le dimanche 6 juin 2010
Divers - Archives, histoire
0
Merci M. Fourcade pour votre présence lors de la soutenance de mon Master II. Je devrais poursuivre et continuer à tirer la charrue, à travailler la terre à la houette comme les anciens paysans du Domfrontais afin de l'ameublir, sauf que cela est une entreprise sur tant d'années! Années à venir que je dois valoriser autrement...Ce travail se trouve à la Médiathèque de Domfront, mais pour vous je devrais en trouver un exemplaire dédicacé...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 6 juin 2010
Divers - Archives, histoire - Pouvoirs publics, élus locaux
0
@ Sébastien WEIL :

Merci d'avoir eu l'attention de déposer à la Médiathèque de Domfront un exemplaire de votre travail original et impressionnant par son volume et son ampleur. C'est une excellente idée de permettre ainsi à tous les amateurs d'accéder facilement à des informations précieuses, au moins pour eux.

Dans un ordre d'idées comparable, j'assistais hier à l'assemblée générale annuelle de l'"Association pour la restauration du château de Domfront", sous la présidence de Jean-Philippe CORMIER. A cette occasion, les participants ont marqué leur vive préoccupation devant l'incurie manifeste du maire actuel de Domfront pour des peintures murales très anciennes qui ont été déposées de Notre-Dame-sur-l'Eau. Ce modeste fonctionnaire de l'environnement, revenu de Paris pour se faire élire, laisse en effet ces précieux vestiges se dégrader rapidement, sans aucun égard pour ce qu'ils représentent pour l'histoire locale. L'un des participants à l'A.G., M. SUSONG a émis l'idée que ces objets soient retirés de la garde du maire et confiés à la conservation départementale des objets d'art.

De mon côté, j'ai demandé s'ils ne devraient pas plutôt rester à la disposition des touristes et amateurs du Domfrontais, par exemple en les confiant à un propriétaire de monument historique privé du secteur, à charge pour ce dernier d'en assurer la garde, la conservation et la présentation au public.

On pourrait d'ailleurs envisager de procéder de même pour le gisant de LEDIN, actuellement en dépôt à Notre-Dame-sur-l'Eau, c'est-à-dire sans garde, donc accessible à n'importe qui. Dans le calcaire de cette statue unique dans l'Orne, des barbares creusent des trous qu'ils élargissent de temps à autre, au gré de leur imbécillité mortifère.

Sébastien WEIL
rédigé le dimanche 6 juin 2010
Divers - Archives, histoire - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Ce qui manque à et pour Domfront, c'est un lieu culturel d'exposition de ce patrimoine médiéval en lien direct avec le bâti seigneurial et religieux, avec un volet patrimoine rural..., mais non M. le Maire préfère flatter son électorat avec des idées fumeuses du genre piste de danse pour personnes âgées...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 6 juillet 2010
Divers - Archives, histoire - Botanique, zoologie - Bâtiment - Liens divers, documentation
0
Très mauvaise nouvelle : lors de sa dernière visite ici (pour l'enregistrement de TF 1), Roland BOUSSIN m'a signalé l'apparition d'un champignon suspect à l'intérieur de la pièce qui nous sert actuellement de cuisine, c'est-à-dire au rez-de-chaussée du colombier. Je n'y avais pas prêté attention jusque là. J'ai envoyé ce matin un mail, avec photos, à Anne-Marie RUSIG, mon professeur de mycologie à Caen, en lui demandant son avis. Voici sa réponse : "C'est de manière malheureusement bien particulière que vous continuez à vous intéresser à la mycologie car d'après les photos, je pense reconnaître la mérule (Serpula lacrimans) qui est un champignon lignivore redoutable qui se nourrit de la cellulose du bois. Il se développe rapidement jusqu'à 10 cm par semaine dans des conditions favorables : humidité associée à l'obscurité et à une mauvaise ventilation. Il s'attaque aux bois et aussi aux maçonneries. Sans vouloir être trop alarmiste, cela peut devenir dramatique pour votre habitation. En principe, lÂ’éradication de ce champignon est réglementée. Seules des sociétés spécialisées ("diagnostics et expertises" souvent également spécialisées dans la lutte contre les termites) peuvent intervenir. Dans un premier temps, vous pouvez tenter de ralentir sa prolifération en assurant une ventilation suffisante dans le bâtiment. Sur Internet vous trouverez les références sur ces sociétés qui utilisent des traitements à base de fongicides. Le site du CTBA est intéressant. Il y a également beaucoup d'informations diverses sur la mérule."

Il n'y a en fait qu'une société habilitée à traiter la mérule dans la Basse Normandie et les autres départements limitrophes de l'Orne. Elle est basée dans la Manche. Je les ai contactés et ils ont immédiatement répondu. Ils doivent passer très prochainement pour voir ce qu'il en est et préparer un devis.

Michel LALOS
rédigé le dimanche 3 octobre 2010
Divers - Archives, histoire - Bâtiment
0
Dans un bulletin de la Société Historique et Archéologique de l'Orne : Tome XLIII - publié en 1924, il est écrit :

"... Au-dessus de la petite porte, on remarque un cadran solaire portant le millésime de 1813 ... "

Ce cadran existe-t-il encore ?

Je suis membre de la Commission des cadrans Solaires de la Société Astronomique de France.

Mon site :

http://michel.lalos.free.fr/cadrans_solaires/index_cs.php

J'ai utilisé une photo du manoir et créé un lien vers votre site.

Merci

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 4 octobre 2010
Divers - Archives, histoire - Bâtiment
0
@ Michel LALOS :

Non, il n'y a pas de cadran solaire actuellement à la Chaslerie. Je n'en trouve aucune trace sur la façade Sud de la cour, au-dessus de la porte piétonnière, quand j'examine les plus anciennes photographies de la Chaslerie que je connaisse et qui datent du début du XXème siècle (voir la "Photothèque" du site). Ou alors "votre" cadran se trouvait dans la cour, au Sud du bâtiment Nord ; cette hypothèse paraît très vraisemblable, il aurait été installé là pour donner l'heure aux différents habitants du manoir, ceux du logis comme ceux de l'aile des écuries ; hélas, il n'y a pas non plus de trace là car ce bâtiment a été vigoureusement charcuté dans les années 1950 et percé alors d'étranges ouvertures carrées, maçonnées d'ailleurs avec des granites récupérés de pierres tombales...[img:500]2008_04_02 06 Chemineau Domfront, inscription "Chemineau Domfront" sur une pierre de la fenêtre Sud-Est, au 1er étage du bâtiment Nord.[/img]Je comprends donc que "votre" cadran solaire aurait fait les frais de cette campagne de travaux à l'initiative du père de mon vendeur. Voyez en effet la disposition et les proportions des fenêtres qu'il avait fait percer, l'une au-dessus d'une porte, et auxquelles j'ai préféré, à défaut de pouvoir les faire disparaître, faire subir une cure d'amaigrissement en 2008, en vue de leur donner des proportions moins incongrues :[img:500]2006_04_04 8,4 avril 2006, état des fenêtres sur cour du bâtiment Nord.[/img]Ceci dit, je vous avoue que je pensais faire installer un cadran solaire sur le mur pignon Sud de la ferme, au-dessus de la future porte de la cuisine, c'est-à-dire donnant vers le fournil.

Je suis en effet partisan d'inciter les visiteurs de la Chaslerie à regarder en l'air (cf les épis de faîtage, les boules de noblesse, les girouettes, la statue de Sainte Anne, etc..., toutes restaurations auxquelles j'ai procédé dans cet esprit), peut-être parce que, quand je marche, je regarde le plus souvent devant mes pieds. Cela m'a d'ailleurs valu de ne pas faire partie de la "garde du drapeau" de Polytechnique lorsque j'ai défilé sur les Champs-Elysées (en 1972, je pense). Et hier encore, prenant des photos dans la ferme de la Chaslerie, je me suis cogné deux fois sur une poutre, de sorte qu'aujourd'hui, j'ai le front déchiré par une plaie...

Pour en revenir à notre sujet, merci de m'avoir communiqué votre lien. Je vais le regarder tout de suite. Sur les cadrans solaires, j'avais déjà repéré, dans l'esprit que j'ai dit, les sites recommandés par un enseignant. Je suppose que vous les connaissez déjà.

P.S. 1 : Quand j'essaye d'accéder à votre site, l'ordi m'indique : "Erreur 500. Erreur interne du serveur" et la page reste blanche sous le logo de "Free". Je ne sais pas décrypter. Mais, grâce à Google, j'ai retrouvé votre site personnel. Je vois donc que nous sommes voisins. Pourquoi ne passeriez-vous pas un de ces jours à la Chaslerie ? Nous pourrions faire plus ample connaissance et vous accepteriez peut-être de me conseiller pour le cadran solaire que je projette (c'est le cas de le dire...) à la ferme.

P.S. 2 : Vous avez suscité un doute dans mon esprit. Il faudrait que je retrouve ma copie du cadastre napoléonien de la Chaslerie, qui est de la main de Nicolas GAUTIER, le précédent A.B.F. de l'Orne. Et si, en effet, la date de "votre" cadran solaire, soit 1813, était celle de la reconstruction du bâtiment Nord, à l'extérieur de la cour ? Encore une fois, ce site internet aurait manifesté son utilité pour faire ressurgir de vieilles informations...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 6 octobre 2010
Divers - Archives, histoire - Bâtiment
0
Je viens de téléphoner à Michel LALOS. Excellent contact, il est prêt à aider en fournissant les plans d'un cadran solaire pertinent (compte tenu de toutes les caractéristiques à prendre en considération). Il me signale que son serveur, Free, fonctionne de nouveau. Donc on peut de nouveau consulter son site spécialisé.

Guy HEDOUIN
rédigé le mardi 9 novembre 2010
Divers - Archives, histoire - Agriculture
0
Photos aériennes (1/10) :

J'ai trouvé cette vue aérienne de 1947, est ce que vous l'avez?

chaslerie-1947:07:04.pdf

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 9 novembre 2010
Divers - Archives, histoire - Agriculture
0
Photos aériennes (2/10) :

@ Guy HEDOUIN :

Une photo aérienne de 1947 ? Je suis preneur, bien sûr !

Pour me permettre de la mettre en ligne, je vous prie de me la transmettre par courriel et je ferai les manipulations nécessaires.

Dommage qu'on n'ait pas de vues aériennes antérieures à l'incendie de 1884. Qui sait ? Peut-être un peintre avait-il eu la bonne idée de monter en montgolfière...