Arboriculture, horticulture

Dominique Thiébaut LEMAIRE
rédigé le jeudi 21 janvier 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Social - Botanique, zoologie - Arboriculture, horticulture
0
Billet : l’accord de Paris sur le climat
Posted on 21 janvier 2016 par Libres Feuillets

Pour conclure un accord à cent quatre-vingt-quinze
Entre tous les pays de la planète terre
Et sauver l’avenir en sauvant le climat
Dans l’espoir nous dit-on que ce n’est pas trop tard
Il a fallu trouver c’est plus qu’un exercice
Le dénominateur d’un langage commun

Pour que l’humanité ne soit pas kamikaze
En se laissant brûler dans la température
Produite par ses gaz et son hyperthermie
Il y faudra l’effort d’autres négociateurs
Capables pour longtemps d’un stable consensus
Dont les mots ne soient pas un écran de fumée

Je ne vais pas nier que ce soit juste cause
De vouloir préserver la neige et ses atours
La glace blanche ou bleue du pôle et des sommets
Dont la liquéfaction pourrait nous engloutir
Mais tout serait je crois pire dans l’autre sens
Au cas où surviendrait un refroidissement


Dans le cadre des « conférences des parties », les COP, réunissant chaque année les pays qui ont adhéré à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques (adoptée au sommet de Rio en 1992), la COP 21 a réuni 195 Etats au Bourget près de Paris à la fin de 2015. Elle a abouti le 12 décembre, après douze jours de négociations, à un accord pour contenir « l’élévation de la température moyenne de la planète nettement au-dessous de 2 ° C par rapport aux niveaux préindustriels » et poursuivre l’action menée « pour limiter l’élévation des températures à 1,5 ° C ». Cet accord doit entrer en vigueur en 2020.
Le texte réaffirme que les pays développés doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, et fournir une aide financière croissante aux pays en développement pour modérer les leurs. On sait toutefois que l’essentiel de l’augmentation des émissions est dû désormais à l’essor des grands pays émergents.
On vante le caractère universel de cette négociation internationale sur le climat. Mais les sceptiques, constatant qu’à l’évidence les intérêts des divers pays ne vont pas tous dans le même sens, disent que les négociateurs ont voulu sauver l’accord plus que le climat. On vante le caractère ambitieux de l’objectif, limitant à nettement moins de 2 % la hausse de la température moyenne de la planète. Mais l’ambition est d’autant plus grande que les obligations contraignant les Etats sont plus faibles.

Dominique Thiébaut Lemaire

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 8 mai 2016
Divers - Economie - Santé - Social - Botanique, zoologie - Arboriculture, horticulture - Agriculture
0
Je viens de terminer la lecture du très passionnant ouvrage de Charles et Perrine HERVE-GRUYER, "Permaculture - Guérir la Terre, nourrir les hommes" paru chez "Actes Sud" en 2014.

Il va falloir que j'approfondisse le sujet, peut-être en privilégiant l'approche de la "forêt-jardin" qui me semble davantage à la portée d'un vieil homme au dos raidi. Et pourquoi ne pas recreuser deux ou trois mares à proximité de notre manoir favori, dans l'espoir d'y réintroduire une biodiversité mise à mal par les crétins qui nous cernent ?

Affaire en délibéré.

Le Publicateur Libre
rédigé le lundi 23 mai 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Botanique, zoologie - Arboriculture, horticulture - Agriculture
0
Désormais, l'arrachage des haies du Bocage est soumis à une réglementation.

N.D.L.R. : Quelles sanctions sont prévues en cas de non-respect des procédures ? N'y aurait-il pas lieu de mettre en place une publicité des contrevenants ?

Il y a quelques années, la communauté de communes du Domfrontais, agissant en liaison avec "Pays du bocage", encourageait la replantation de haies bocagères. Le travail était très bien fait par des RMIstes bien encadrés. Quelles leçons ont été tirées de ces expériences ? Serait-il envisageable de les renouveler ? Il me semble que cela pourrait avoir d'heureux effets pour notre bocage. Peut-être d'ailleurs, face à un tel problème, vaut-il mieux manier la carotte que le bâton. Je me permets de soumettre l'idée.

La Demeure du Chaos
rédigé le mardi 12 juillet 2016
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Botanique, zoologie - Arboriculture, horticulture - Eoliennes - Agriculture
0
Inde : 50 millions d'arbres plantés en une seule journée

La population de l'état du Uttar Pradesh au nord de l'Inde a battu hier un record du monde extraordinaire : 50 millions d'arbres plantés en 24 heures.

L’Uttar Pradesh, l’Etat le plus peuplé de l’Inde, a battu hier, lundi 11 juillet 2016, un record du monde insolite et utile. En 24 heures, plus de 800 000 mille habitants ont planté 50 millions d’arbres.

Akhilesh Yadav, le ministre en chef de cet Etat du nord de l’Inde, a déclaré ceci pendant l’inauguration de cette opération à Kanpur :

« Nous avons tous pris cet engagement pour que nos prochaines générations héritent d’un environnement sain et de qualité. Tant que le peuple ne participait pas à la campagne, cet engagement ne pouvait pas être rempli. »

« Alors que les débats vont bon train dans le monde entier pour sauver la planète et la nature, notre parti politique (Samajwadi Party) a fait un pas de plus dans cette direction. Je crois que le gouvernement réussira cette mission. Nous planterons 50 millions d’arbres. »

Dans la seule ville de Kanpur, 610 000 arbres ont été plantés. Le record du monde a été battu, Akhilesh Yadav l’a lui-même annoncé sur Twitter. Le précédent appartenait au Pakistan depuis 2013 avec 847 275 arbres plantés en 24 heures.

Le gouvernement indien a débloqué des fonds importants (plus de 6,2 milliards de dollars) pour planter des arbres dans les 29 états du pays. L’objectif, en accord avec la COP21, est de couvrir 95 millions d’hectares d’ici 2030.

La population de l’Uttar Pradesh en plantant 50 millions de jeunes arbres en une seule journée a frappé fort et a montré l’exemple au reste du pays, on pourrait dire aussi, au reste du monde.

La Demeure du Chaos - The Abode of Chaos
HQ Artprice

N.D.L.R. : C'est quand même autre chose que les moulins à vent !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 28 juillet 2016
A.D.D.O.O.E. - Assemblées générales - 2ème objet statutaire - Divers - Social - Arboriculture, horticulture - Bâtiment
0
L'expérience montre qu'il est souvent difficile, pour les propriétaires de bâtisses anciennes du secteur, de trouver localement une capacité d'intervention simple en maçonnerie traditionnelle ou en entretien de jardins qui vise les objectifs suivants :
- compétence technique avérée ;
- disposition d'un matériel approprié ;
- mise en œuvre de techniques et de matériaux témoignant, autant que faire se peut, d'un souci de développement durable ;
- préoccupations sociales comme le souci d'accompagner la réinsertion de jeunes sur le marché du travail ;
- parfaite régularité au regard de toutes les réglementations applicables (notamment sociales ou de droit du travail, fiscales, de responsabilité civile).

Les membres de l'"Association pour le développement durable de l'Ouest ornais et de ses environs" que je préside sont en train de réfléchir à ce que pourrait être une proposition qui réponde à toutes ces préoccupations. Cela nécessiterait bien entendu une adaptation des statuts de l'association qui est d'ores et déjà à l'étude.

Tous ceux qui seraient intéressés par une telle proposition sont priés de bien vouloir se faire connaître de l'association, par exemple en m'adressant un courriel à : penadomf "at" msn.com

Lilian GIBERT
rédigé le vendredi 29 juillet 2016
Divers - Economie - Santé - Social - Agriculture - Pouvoirs publics, élus locaux - Arboriculture, horticulture
1
Bonsoir,

Le rapport de l'ANSES a été publié aujourd'hui.

Amicalement,

LG

N.D.L.R. : Merci beaucoup de nous l'avoir signalé. C'est en effet un document important, même si l'on aimerait que l'on n'en reste pas au stade des études mais que l'on interdise enfin l'usage immodéré de ces poisons pour la bio-diversité, pour la santé des agriculteurs et de tous ceux qui vivent à la campagne.

Je soumets aux membres de l'association - et aux personnes qui souhaiteraient le devenir - le projet de nouvelle rédaction des statuts suivant :

Il est ainsi proposé de modifier la version précédente sur les points suivants :

- principalement, introduire un nouvel objet de l'association, la délivrance de prestations facturables sans souci de bénéfices et subventionnables, en matière d'entretien de maçonneries, de jardinage ou de sylviculture ; sont en particulier soulignés le désir de l'association d'inscrire ces interventions dans une perspective de développement durable et de manifester son souci d'aider à la réinsertion de jeunes sur le marché du travail ;

- secondairement, tirer des conséquences pratiques de l'étude d'un contentieux auquel l'association n'a pas participé mais dont elle se tient informée (en annulation des permis, délivrés l'an dernier, de construire des éoliennes sur le territoire des communes de Ger et Saint-Georges-de-Rouelley) ; à cet effet, acter que l'"engagement" défini dès la précédente version des statuts peut être modulé dans son montant selon les capacités contributives, financières ou intellectuelles, de chaque membre engagé ou sa proximité géographique d'un projet ;

- accessoirement, tirer la conséquence du fait que la commune de La Haute-Chapelle a été, le 1er janvier dernier, fusionnée avec celle, notamment, de Domfront pour constituer Domfront-en-Poiraie.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 29 septembre 2016
2ème objet statutaire - Divers - Arboriculture, horticulture - Bâtiment - Liens divers, documentation
0
J'ai reçu hier les 4 premiers C.-V. de candidats pour l'"emploi d'avenir" que je propose via l'A.D.D.O.O.E. J'ai appris ce matin que mon offre venait en effet de recevoir le feu vert de la commission qui devait l'examiner.

J'ai rencontré ce matin l'un de ces candidats ; il âgé de 17 ans et en échec scolaire mais m'a fait bonne impression. J'ai interrogé son "conseiller référant" à la mission locale de Flers et me suis rendu à Athis chez son précédent employeur ; tous ces retours me semblent bons.

Cet après-midi, je dois faire la connaissance de deux des autres candidats recensés à ce stade. Le 4ème ne réagit pas.

P.S. (à 17 h 30) : Les deux candidats de l'après-midi, n'étant nullement maçons, ne conviendraient pas à ce poste.

Celui de ce matin m'a envoyé des photos de maçonneries sur lesquelles il a travaillé et dont il est fier :

16 septembre 2015.

16 septembre 2015.

16 septembre 2015.

18 septembre 2015.

18 septembre 2015.

16 septembre 2015.

16 septembre 2015.

Ce n'est, bien sûr, pas du tout la qualité de travail que je recherche mais je constate que ce jeune homme ne doit pas rechigner à manier des pierres lourdes. C'est déjà ça.