Pouvoirs publics, élus locaux

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 23 janvier 2010
Divers - Archives, histoire - Pouvoirs publics, élus locaux
0
L'hebdomadaire local, "Le Publicateur Libre", fête sa fondation, il y a 160 ans, sous le nom "Le Moniteur de l'Orne, journal de l'arrondissement de Domfront". Depuis trois semaines, il publie ainsi le fac-similé de ses unes de 1850.

On peut relever que l'arrondissement de Domfront a cessé d'être en 1926, confirmant ainsi le déclin progressif de la localité. Ces jours-ci, c'est le tribunal qui ferme.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 6 juin 2010
Divers - Archives, histoire - Pouvoirs publics, élus locaux
0
@ Sébastien WEIL :

Merci d'avoir eu l'attention de déposer à la Médiathèque de Domfront un exemplaire de votre travail original et impressionnant par son volume et son ampleur. C'est une excellente idée de permettre ainsi à tous les amateurs d'accéder facilement à des informations précieuses, au moins pour eux.

Dans un ordre d'idées comparable, j'assistais hier à l'assemblée générale annuelle de l'"Association pour la restauration du château de Domfront", sous la présidence de Jean-Philippe CORMIER. A cette occasion, les participants ont marqué leur vive préoccupation devant l'incurie manifeste du maire actuel de Domfront pour des peintures murales très anciennes qui ont été déposées de Notre-Dame-sur-l'Eau. Ce modeste fonctionnaire de l'environnement, revenu de Paris pour se faire élire, laisse en effet ces précieux vestiges se dégrader rapidement, sans aucun égard pour ce qu'ils représentent pour l'histoire locale. L'un des participants à l'A.G., M. SUSONG a émis l'idée que ces objets soient retirés de la garde du maire et confiés à la conservation départementale des objets d'art.

De mon côté, j'ai demandé s'ils ne devraient pas plutôt rester à la disposition des touristes et amateurs du Domfrontais, par exemple en les confiant à un propriétaire de monument historique privé du secteur, à charge pour ce dernier d'en assurer la garde, la conservation et la présentation au public.

On pourrait d'ailleurs envisager de procéder de même pour le gisant de LEDIN, actuellement en dépôt à Notre-Dame-sur-l'Eau, c'est-à-dire sans garde, donc accessible à n'importe qui. Dans le calcaire de cette statue unique dans l'Orne, des barbares creusent des trous qu'ils élargissent de temps à autre, au gré de leur imbécillité mortifère.

Sébastien WEIL
rédigé le dimanche 6 juin 2010
Divers - Archives, histoire - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Ce qui manque à et pour Domfront, c'est un lieu culturel d'exposition de ce patrimoine médiéval en lien direct avec le bâti seigneurial et religieux, avec un volet patrimoine rural..., mais non M. le Maire préfère flatter son électorat avec des idées fumeuses du genre piste de danse pour personnes âgées...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 26 février 2011
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Santé - Botanique, zoologie - Agriculture
0
J'ai appris hier qu'un jeune voisin venait de subir une importante opération chirurgicale au cerveau. Je lui souhaite un prompt rétablissement et j'assure ses parents, son épouse et ses enfants, de toute ma sympathie dans cette épreuve brutale.

Je ne peux cependant m'empêcher de penser à deux autres jeunes papas des abords immédiats de la Chaslerie qui ont connu la même adversité ces dernières années. Mais comment ne pas se demander s'il n'y a pas un lien de cause à effet avec l'usage intensif de certains produits phyto-sanitaires censés favoriser la pousse de céréales en lieu et place des traditionnelles prairies à vaches de notre bocage ?

Guy HEDOUIN
rédigé le mardi 22 mars 2011
Divers - Archives, histoire - Pouvoirs publics, élus locaux - Santé - Agriculture
0
Bonsoir,

Comme vous n'aimez pas les pesticides dans votre assiette, lisez ceci.

Il me semble avoir lu que vous appréciez le Ministre de l'agriculture actuel. Si vous le rencontrez, dites-lui qu'il serait temps arrêter le massacre.

Bonne fin de journée !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 27 mars 2011
Divers - Archives, histoire - Pouvoirs publics, élus locaux - Bâtiment
0
J'ai passé l'après-midi à parcourir la campagne à une vingtaine de kilomètres au Sud de la Chaslerie, avec la vague idée de rechercher une cheminée de pierre pour la ferme en cours de restauration (voir le "Journal du chantier").

En fait, je souhaitais me rendre compte de l'état d'un château (je l'appelerai ici X) que des amis m'avaient fait découvrir il y a une quinzaine d'années. J'avais le souvenir d'y avoir vu de très belles cheminées. Il était alors en triste état, mais encore restaurable, et manifestement, de beaucoup plus belle facture que la Chaslerie.

Non sans mal, j'ai retrouvé l'endroit. Depuis mon dernier passage, ce chef-d'oeuvre du patrimoine régional, bâti il y a environ 600 ans, a été presque entièrement dévasté par des démolisseurs ou des vandales. Son état est lamentable, ce n'est plus qu'une ruine en fin d'agonie, qu'on en juge par les photos suivantes...

Voici la porte d'entrée :

27 mars 2011, la porte d'entrée de la ruine de X.

Quand on entre dans le bâtiment, voici ce qu'on a sous les yeux, un remarquable dessous d'âtre (je ne connais pas le terme technique), magnifiquement sculpté :

27 mars 2011, le vestibule de X.

Si, marchant là sur plus d'un mètre d'épaisseur de gravats, on lève les yeux vers ce qui était un plafond, voici ce qu'on aperçoit désormais, le vestige d'une très belle cheminée :

27 mars 2011, la cheminée du premier étage de X, au-dessus de l'ancien vestibule.

Il y a quinze ans à peine, il y avait encore, au bout de ce vestibule, un magnifique escalier à vis en granit. Il a disparu, arraché.

A gauche du vestibule, une grande salle, avec la grande cheminée armoriée dont je me souvenais :

27 mars 2011, la grande cheminée armoriée de X.

Voici le blason en question (si un visiteur du site reconnaît cet écu, je suis preneur d'explications) :

27 mars 2011, les armes de X.

Dans une pièce voisine, au milieu des immondices, il reste encore une belle cheminée. Mais pour combien de temps ?

27 mars 2011, une autre cheminée de X.

Faisant le tour du bâtiment, j'ai constaté qu'une partie de la couverture avait été refaite récemment :

27 mars 2011, vue extérieure de X.

Cette intervention étrange donne donc à penser que X est la propriété d'une indivision dont les membres se déchirent ; l'un voudrait préserver son bout de château quand l'autre n'a eu de cesse que de détruire son héritage et l'a osé. Tout cela est bien triste, assurément. Six siècles de beauté anéantis en moins de quinze ans par un barbare !

Les abords de X ne sont guère plus réjouissants. A l'évidence, les remembreurs ont frappé et les vaches n'ont plus un arbre sous lequel s'abriter en attendant l'abattoir :

27 mars 2011, le bocage martyrisé aux abords de X.

Waterloo ! Waterloo ! Waterloo ! morne plaine ! Quel immense gâchis ! Tant de grandeur, balayée ! Que tout cela est consternant !

Guy HEDOUIN
rédigé le dimanche 27 mars 2011
Divers - Pouvoirs publics, élus locaux - Bâtiment
0
Bonsoir,

Ah quel beau pays la France, qui ne sait même pas préserver son patrimoine ! N'y a-t-il que VERSAILLES qui soit digne d'intérêt ?

A chaque fois que je vois ce genre de massacre, mon sang ne fait qu'un tour. Encore une ruine qui me scandalise, voir cette réclame.

Il va falloir inventer un impôt pour non entretien, que font les services de la DRAC, rien comme d'habitude, il est plus valorisant d'avoir massacré le château de Falaise.

La France qui se targue d'être le premier pays touristique au monde en 1990, on va sérieusement régresser.